La bande de Gaza "en état d'alerte" après la mort de trois policiers dans des attentats

Les forces de sécurité inspectent les véhicules à Khan Yunis, dans le sud de la Bande de Gaza, le 28 août 2019.
Les forces de sécurité inspectent les véhicules à Khan Yunis, dans le sud de la Bande de Gaza, le 28 août 2019. (SAID KHATIB / AFP)

Les deux attaques ont également fait trois blessés, selon le ministère de l'Intérieur gazaoui.

La bande de Gaza est en "état d'alerte", mercredi 28 août, après des "attentats à la bombe" dans lesquels au moins trois policiers ont été tués, renforçant les tensions dans l'enclave palestinienne sous blocus israélien et dirigée par le Hamas. Deux membres des forces de l'ordre ont été tués et une autre personne blessée dans le quartier de Tal al-Hawa, dans la ville de Gaza, selon le ministère de l'Intérieur. Puis un policier a été tué et deux personnes blessées, dans une deuxième attaque sur une route longeant la mer.

Ces attentats surviennent alors qu'une série de tirs de roquette suivis de représailles israéliennes, ainsi que des affrontements à la frontière, font craindre une escalade de violences entre Gaza et Israël. Les autorités israéliennes ont accusé les islamistes du Hamas d'être responsables de ces tensions, qui fragilisent un accord de trêve négocié par l'ONU et l'Egypte.

Cet accord prévoit un allégement du blocus israélien sur Gaza en échange de la fin des opérations militaires depuis l'enclave. Après de nouvelles salves de roquettes vers Israël durant le week-end, Tel-Aviv a réduit de moitié les livraisons de carburant vers Gaza. Ces livraisons sont essentielles pour alimenter l'unique centrale électrique de l'enclave palestinienne.

Vous êtes à nouveau en ligne