Gaza : environ 200 roquettes lancées vers Israël selon l'armée, trois Palestiniens tués par des raids israéliens

Des tirs de missiles tirés de la bande de Gaza vers Israël, le 4 mai 2019. 
Des tirs de missiles tirés de la bande de Gaza vers Israël, le 4 mai 2019.  (MAHMUD HAMS / AFP)

Cette escalade, la plus importante depuis plusieurs semaines, fait suite aux manifestations particulièrement violentes de vendredi, lors desquelles quatre Palestiniens ont été tués. 

Environ 200 de roquettes ont été lancées samedi 4 mai depuis la bande de Gaza vers Israël. L'armée israélienne a indiqué avoir mené en représailles des raids aériens et des tirs de chars contre des positions du Hamas dans l'enclave palestinienne. Le ministère de la Santé de Gaza a annoncé que trois Palestiniens, dont une fillette palestinienne de 14 mois et sa mère enceinte, ont été tués dans deux raids israéliens.

Sept autres Palestiniens ont été blessés, selon cette même source. Une Israélienne a été grièvement blessée par des éclats dans l'explosion d'une roquette à Kyriat Gat, à 20 km au nord de Gaza, et un Israélien a été touché par des éclats dans la chute d'une autre roquette à Ashkelon, a précisé la police de l'état hébreu, en faisant état d'autres blessés sans fournir davantage de détails.

Plusieurs dizaine des roquettes tirées depuis la bande de Gaza ont été interceptées par le système de défense anti-missiles israélien, a indiqué l'armée israélienne. Une grande partie des roquettes sont tombées sur des zones vides, a dit la police. De son côté, l'armée israélienne a ciblé une trentaine de positions du Hamas et de son allié, le Jihad islamique, l'autre groupe palestinien à Gaza, selon un communiqué militaire.

L'UE a appelé à l'"arrêt immédiat" des tirs de roquettes palestiniennes tirées de la bande de Gaza vers Israël, dans un communiqué.

Des points de passages fermés

Samedi, Israël a également annoncé la fermeture de ses points de passage avec Gaza et des zones de pêche de l'enclave palestinienne, et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a mené des consultations avec les principaux responsables de sécurité.

Cette escalade de violences, la plus importante depuis plusieurs semaines, fait suite aux manifestations particulièrement violentes de vendredi le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël. Lors de ces manifestations, quatre Palestiniens ont été tués, dont deux membres de la branche armée du Hamas, dans un raid israélien de représailles après que deux soldats israéliens ont été blessés par des tirs palestiniens. Le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, avait promis vendredi de répondre à l'"agression israélienne".

Vous êtes à nouveau en ligne