DIRECT. Gaza : Emmanuel Macron condamne "les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants"

Des manifestants palestiniens dans la bande de Gaza le 14 mai 2018.
Des manifestants palestiniens dans la bande de Gaza le 14 mai 2018. (MHMED ALI / CROWDSPARK / AFP)

L'armée israélienne a tué des dizaines de Palestiniens lors de manifestations et de heurts contre le transfert à Jérusalem de l'ambassade des Etats-Unis en Israël.

La journée du lundi 14 mai est symbolique à plus d'un titre au Proche-Orient. L'Etat hébreu célèbre son 70e anniversaire et l'administration Trump inaugure la nouvelle ambassade américaine, transférée de Tel-Aviv à Jérusalem. En retour, des milliers de Palestiniens ont manifesté dans la bande de Gaza. Des heurts ont éclaté dès le matin, et des dizaines de personnes ont été tuées par les soldats israéliens à la frontière.

Lors d'un entretien avec le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, le président de la République, Emmanuel Macron, a fait part de la vive préoccupation de la France sur la situation à Gaza, à Jérusalem et dans les villes palestiniennes. Il a condamné "les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants".

Cinquante-deux morts dans la bande de Gaza : c'est le dernier bilan du ministère de la Santé local, établi à 18 heures. Parmi les Palestiniens tués, huit enfants de moins de 16 ans ont été recensés, selon l'ambassadeur palestinien à l'ONU. C'est la journée la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis la guerre de 2014 dans l'enclave sous blocus.

 La nouvelle ambassade américaine à Jérusalem a ouvert lundi ses portes dans les murs du consulat américain. Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a réaffirmé à cette occasion l'engagement des Etats-Unis pour une "paix globale et durable entre Israël et les Palestiniens", sans évoquer les événements sanglants de la journée. Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu a lui remercié Donald Trump, qui a "écrit l'Histoire".

Le président de l'Autorité palestinienne dénonce un "massacre". "Les Etats-Unis ne sont plus un médiateur au Moyen-Orient", a aussi déclaré Mahmoud Abbas. Il a annoncé trois jours de deuil dans les Territoires palestiniens et une grève générale mardi. Peu après, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a défendu l'usage de la force par le droit de son pays à protéger ses frontières contre l'organisation "terroriste" Hamas.

 De nombreuses réactions dans le monde. La Turquie a estimé que les Etats-Unis partageaient la responsabilité du "massacre". Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est dit "particulièrement inquiet". L'Afrique du Sud a rappelé son ambassadeur en Israël. Tandis que le Koweït a demandé la tenue mardi d'une réunion publique du Conseil de sécurité sur la situation au Proche-Orient.

23h50 : Au moins 52 Palestiniens sont morts sous des tirs israéliens, aujourd'hui à Gaza. Ces événements ont suscité de très nombreuses réactions diplomatiques. Voici les plus marquantes dans cet article.

22h40 : Emmanuel Macron appelle "tous les responsables à la retenue et à la désescalade et a insisté sur la nécessité que les manifestations des prochains jours demeurent pacifiques", dans un communiqué. Il souligne "le droit des Palestiniens à la paix et à la sécurité".

22h39 : Emmanuel Macron s'est entretenu avec le Roi Abdallah II de Jordanie, gardien selon la tradition des Lieux saints de Jérusalem, et avec le Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas. Des échanges sont également prévus demain avec le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou.

22h38 : Emmanuel Macron déplore "le grand nombre de victimes civiles palestiniennes à Gaza aujourd’hui et ces dernières semaines". Il condamne "les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants".

22h08 : La Turquie rappelle pour consultation ses ambassadeurs en Israël et aux Etats-Unis, après la mort d'au moins 52 Palestiniens tués à Gaza. "Nous maudissons le massacre contre les Palestiniens participant à des manifestations pacifiques, perpétré par les forces de sécurité israéliennes encouragées par ce pas", est-il écrit sur le site du gouvernement.

21h40 : L'Afrique du Sud a décidé de rappeler son ambassadeur en Israël après la mort de 52 personnes tuées à Gaza lors de manifestations. Le ministère des Affaires étrangères insiste sur le "caractère grave et aveugle de la dernière attaque israélienne", dans son communiqué (en anglais).

20h44 : "La responsabilité de ces morts tragiques repose entièrement sur le Hamas."

La Maison Blanche impute au Hamas la responsabilité des 52 Palestiniens tués par l'armée israélienne.

20h27 : Bonsoir @Anonyme. N'y voyez aucun cynisme. Quand nous pensons que le nombre de victimes risque de s'alourdir (après une catastrophe naturelle ou lors d'affrontements), nous prenons soin de placer "au moins" avant le nombre des victimes. Cette indication vous précise simplement que le bilan humain n'est pas définitif et qu'il est malheureusement susceptible d'évoluer.

20h22 : Queĺle honte vous dites "au moins 52"... Ce sont des êtres humains, des enfants, des femmes, chez eux, pas en Israël. Bravo pour votre cynisme !

20h17 : Bonsoir @Seballiaud. La réponse est oui. Le président de la République israélien s'appelle Reuven Rivlin mais son rôle est essentiellement honorifique. Il a notamment la charge de présider certaines cérémonies. Lors d'une réception, aujourd'hui, il a d'ailleurs salué la décision américaine, estimant que "le blocus diplomatique a été brisé" et qu'il "le sera encore".




RONEN ZVULUN / REUTERS

20h18 : Bonsoir, simple question. Nous parlons toujours du Premier ministre israélien. Y a-t-il un président israélien ? Merci pour la qualité de vos informations.

19h40 : La France condamne "les violences" après la mort d'au moins 52 Palestiniens tués par l'armée israélienne, annonce l'Elysée. Le président Emmanuel Macron "parlera à tous les acteurs de la région dans les prochains jours", précise la présidence de la République à l'AFP.

19h19 : "Tout pays a l'obligation de défendre son territoire. L'organisation terroriste du Hamas proclame son intention de détruire Israël, et envoie à cette fin des milliers de personnes pour forcer la frontière."


Benyamin Nétanyahou justifie l'usage de la force par la défense des frontières, dans un message diffusé sur Twitter (en hébreu). Le Premier ministre israélien ajoute que son pays continuera à agir "avec détermination" pour empêcher des intrusions sur son sol.

19h10 : "La France appelle de nouveau les autorités israéliennes à faire preuve de discernement et de retenue dans l'usage de la force qui doit être strictement proportionné. Elle rappelle le devoir de protection des civils, en particulier des mineurs, et le droit des Palestiniens à manifester pacifiquement."

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a réagi dans un communiqué après la mort de manifestants palestiniens à la frontière israélienne. Paris désapprouve le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem qui "contrevient au droit international".

18h59 : De nombreux pays – dont le Royaume-Uni, la France et la Russie – réprouvent aujourd'hui l'ouverture de l'ambassade américaine à Jérusalem. Amnesty International dénonce une "violation abjecte" des droits de l'Homme et des "crimes de guerre" à Gaza. Human Rights Watch (HRW) dénonce "un bain de sang que n'importe qui aurait pu voir venir".

18h43 : Notre consœur Dorothée Olliéric se trouve actuellement à Gaza, près de la frontière avec Israël. Au moins 52 personnes ont été tuées par des tirs de soldats israéliens.

18h25 : Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, dénonce un "massacre" israélien et refuse toute médiation américaine.

18h04 : Selon l'ambassadeur palestinien à l'ONU, "huit enfants de moins de 16 ans" font partie des 52 Palestiniens tués par des tirs israéliens à la frontière entre Israël et la bande de Gaza aujourd'hui.

18h00 : 52 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens à Gaza, selon un nouveau bilan annoncé par le ministère de la Santé gazaoui.

18h13 : Pour Benyamin Nétanyahou comme pour bon nombre d'Israéliens, le transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem est une décision historique. Mais certains, notamment à Jérusalem, craignent une flambée de violences après cette inauguration. "Ça met énormément de gens en colère", explique David, un habitant de Jérusalem-Ouest. Retrouvez notre reportage sur place ici.

Dans les rues de Jérusalem, les drapeaux américains et israéliens flottent côte à côte, le 13 mai.


(GILLES BADER / CROWDSPARK)

18h13 : Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a vivement remercié Donald Trump, lors de l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem, en Israël. "Ceci est un moment d'Histoire. Président Trump, en reconnaissant ce qui appartient à l'Histoire, vous avez écrit l'Histoire", a-t-il déclaré. Retrouvez un extrait de ce discours ici :

(FRANCE 24)

16h59 : Bonjour @anonyme, Tel-Aviv est reconnue par la France comme la capitale israélienne, rappelle France 2. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a réitéré dans son communiqué l'opposition du gouvernement au transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem. "Cette décision contrevient au droit international et en particulier aux résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations unies", explique-t-il.

16h58 : Est ce que la France va maintenir son ambassade à Tel-Aviv ?

16h50 : Pourquoi la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël pose-t-elle problème ? Parce qu'à la création de l'Etat d'Israël, la ville devait rester sous contrôle international, et qu'Israël a plusieurs fois tenté d'imposer sa souveraineté sur ce territoire. Retour historique sur le sujet avec nos confrères de France 24.

(FRANCE 24)

16h49 : "Face au nombre croissant de victimes palestiniennes dans la bande de Gaza aujourd’hui encore, la France appelle de nouveau les autorités israéliennes à faire preuve de discernement et de retenue dans l’usage de la force qui doit être strictement proportionné."

Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, réagit à la mort d'au moins 41 Palestiniens, tués par des tirs israéliens à la frontière entre Israël et Gaza. Des milliers de Palestiniens y manifestent pour dénoncer le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem. Jean-Yves Le Drian "rappelle le devoir de protection des civils, en particulier des mineurs, et le droit des Palestiniens à manifester pacifiquement".

16h44 : "La France appelle l’ensemble des acteurs à faire preuve de responsabilité afin de prévenir un nouvel embrasement", déclare le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, dans un communiqué.

16h15 : Bonjour @anonyme, je vous conseille de lire cet article de notre journaliste Louis Boy. Il répond à plusieurs questions sur la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël, et ainsi sur le transfert de l'ambassade américaine dans cette ville.

16h14 : Bonjour, un article pour comprendre les tensions actuelles ?

16h09 : "C'est un grand jour pour Jérusalem, un grand jour pour l'Etat d'Israël. Quel jour de gloire !"

Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, prend lui aussi la parole au cours de l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem. Il a tenu à remercier vivement les Etats-Unis pour leur décision, et leur reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël. "Monsieur le président [Donald Trump], en reconnaissant l'histoire, vous avez fait l'histoire, a-t-il déclaré. Nous tous sommes profondément émus, profondément reconnaissants. (...) Nous n'avons pas de meilleur ami au monde."

16h03 : "Quand le président Trump fait une promesse, il tient parole", a vanté Jared Kushner, son gendre et conseiller, qui a rappelé que le président des Etats-Unis avait annoncé le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem en décembre.


15h52 : "Jérusalem est la capitale d'Israël."

Jared Kushner, gendre et conseiller de Donald Trump, s'est lui aussi exprimé lors de l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem. L'époux d'Ivanka Trump, également présente à cette inauguration, s'est félicité de ce transfert, rappellant que "les Etats-Unis sont aux côtés d'Israël".

15h55 : "Il faut reconnaître l'évidence, voire même l'écrire : Jérusalem est le cœur de la souveraineté de l'Etat d'Israël."

Le président israélien, Reuven Rivlin, a pris la parole à l'occasion du transfert à Jérusalem de l'ambassade américaine en Israël. Le dirigeant s'est félicité de cette inauguration, et a tenu à remercier le président américain, Donald Trump, pour cette décision. "Le peuple israélien vous remercie d'avoir tenu parole", a déclaré Reuven Rivlin.

15h40 : Les Etats-Unis inaugurent officiellement leur ambassade à Jérusalem.

15h54 : "Que Dieu bénisse cette ambassade, que Dieu bénisse tous ceux qui y travaillent et que Dieu bénisse les Etats-Unis." Donald Trump a adressé un message par visioconférence à l'ambassadeur américain et aux personnels de l'ambassade, inaugurée en ce moment même à Jérusalem. Voici ce qu'il a déclaré.

15h34 : Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, se dit "particulièrement inquiet" de la situation à Gaza, où au moins 37 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens aujourd'hui, lors de manifestations contre le transfert à Jérusalem de l'ambassade américaine en Israël. "Nous voyons une multiplication des conflits, les vieux conflits semblent ne jamais mourir", a déclaré Antonio Guterres.

14h42 : En Iran, le déménagement à Jérusalem de l'ambassade américaine en Israël est également vivement critiqué. a va assurément créer des tensions", explique à franceinfo l’ancien diplomate iranien Mohamad Djamshidi. "C'est le coup de grâce, le dernier clou dans le cercueil, la fin de toute négociation", abonde Hossein Kanani, un responsable politique iranien. Plus d'informations dans notre article.

Manifestation anti-américaine à Téhéran (Iran), vendredi 11 mai 2018.


(AFP)

14h29 : Le gouvernement palestinien accuse Israël de commettre un "horrible massacre" à la frontière avec Gaza, où 28 Palestiniens ont été tués par des soldats israéliens aujourd'hui, selon un dernier bilan.

13h57 : 25 Palestiniens ont été tués par des tirs de soldats israéliens à la frontière avec Gaza, selon un nouveau bilan du ministère de la Santé gazaoui.

13h19 : Le bilan des tirs de soldats israéliens à la frontière avec Gaza, où des milliers de Palestiniens manifestent contre le transfert à Jérusalem de l'ambassade américaine en Israël, s'alourdit de nouveau. Il atteint désormais 16 morts, selon le ministère de la Santé gazaoui.

12h51 : Selon le ministère de la Santé gazaoui, plus de 500 Palestiniens ont été blessés aujourd'hui à Gaza. Comme nous vous l'expliquions il y a quelques minutes, la bande de Gaza est actuellement le théâtre de heurts : plusieurs milliers de manifestants protestent à la frontière contre le transfert à Jérusalem de l'ambassade américaine en Israël. Toutes les informations dans notre direct.

12h46 : Le bilan des tirs israéliens à Gaza s'élève à dix morts, annonce le ministère de la Santé de Gaza.

12h29 : La bande de Gaza est le théâtre de heurts depuis la fin de matinée. Plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés à différents points de la frontière entre Gaza et Israël, afin de protester contre le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem. Vous pouvez suivre l'évolution de la situation dans notre direct.

12h24 : Sept Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens à Gaza, selon le ministère de la Santé local.