Obsèques de Mandela : le cercueil mis en terre

(Kevin Coombs Reuters)

Les obsèques de Nelson Mandela ont débuté, ce dimanche matin vers 7h à Qunu, l'occasion pour les Sud-Africains de rendre un dernier vibrant hommage au héros de la lutte anti-apartheid et au père de la "Nation arc-en-ciel" après dix jours de deuil. A l'issue de cette cérémonie, vers 11h, son cercueil a été emporté vers le carré familial du village et inhumé peu avant midi.

C'est au son des canons que le cortège funèbre a fait son entrée dans la propriété de la famille Mandela à Qunu. Le cercueil de l'ancien président, transporté sur un châssis de canon et recouvert du drapeau sud-africain, a été déposé sur des peaux de vache Nguni le temps des derniers discours officiels, avant l'inhumation dans l'intimité prévue à midi au moment où le soleil sera à son zénith.

Au premier rang des quelque 4.500 personnalités qui participent à cette première cérémonie de la journée, le président Jacob Zuma, encadré par Graca Machel, la veuve du premier président noir de l'Afrique du Sud, décédé le 5 décembre à l'âge de 95 ans, et par son ancienne épouse Winnie Madikizela-Mandela.

L'hommage d'un ancien compagnon de cellule

La cérémonie a débuté peu après 7h par l'hymne national "Nkosi Sikelel'iAfrika" (Dieu bénisse l'Afrique). Puis les orateurs se sont succédés pour rendre hommage à "Madiba". "L'homme qui repose ici est le plus grand des fils de l'Afrique du Sud ", a déclaré Cyril Ramaphosa, le numéro deux du Congrès national africain (ANC) au pouvoir, à l'ouverture de la cérémonie sous une grande tente dressée dans la propriété du prix Nobel de la paix.

L'hommage le plus émouvant a été rendu par Ahmed Kathrada, l'ancien compagnon de cellule de Madiba dans le bagne de l'île de Robben Island, au large du Cap, qui a dit vouloir garder la mémoire d'un homme "plein d'énergie " qui a "sacrifié toute sa vie pour l'ANC ".

A LIRE AUSSI ►►► La fin de la longue marche de Nelson Mandela

"Ta vie est un exemple aux yeux des générations actuelles et futures ", a-t-il dit en s'adressant à Nelson Mandela, qu'il a qualifié d'"exemple d'amour, de simplicité, d'honnêteté, de courage et de patience ". "Désormais, ma vie semble vide et je me sens seul ", a-t-il conclu.

L'une des petites-filles du défunt, Nandi Mandela, a détendu l'atmosphère
en revenant sur les qualités de conteur de son "tatamkhulu " (grand-père). "Il
préférait les histoires qui lui permettaient de se moquer de lui-même
",
a-t-elle rappelé, mais il était "aussi un grand-père strict, attaché à la
discipline, qui nous préparait à la vie
". "Tu vas nous manquer Tatamkhulu. Ta voix sévère quand tu n'étais pas
content de nous va nous manquer. Ton rire va nous manquer...
"

(©)

Un peu plus tard, c'est le président sud-africain
Jacob Zuma qui a demandé à ses compatriotes de "faire vivre l'héritage " de
Nelson Mandela, lors de son éloge funèbre.
"Ton long chemin vers la liberté s'est achevé, au sens physique du terme.
Mais notre propre voyage continue. Nous devons continuer à construire la
société pour laquelle tu as travaillé. Nous devons faire vivre l'héritage
", a
déclaré le chef de l'Etat, s'adressant au défunt.

Après cette cérémonie, le cercueil de Nelson
Mandela a été emporté vers le carré familial de Qunu où il
doit être mis en terre selon les rites xhosas.
Le cercueil, porté par des militaires haut gradés, a quitté le chapiteau
blanc érigé sur la propriété du grand homme. Il doit être suivi par 450 invités, triés sur le volet. Peu avant midi, le cercueil a été inhumé.

Vous êtes à nouveau en ligne