Obama appelle à une reprise des discussions

Benjamin Nentayahu, Barack Obama et Mahmoud Abbas, à New York, le 22 septembre 2009
Benjamin Nentayahu, Barack Obama et Mahmoud Abbas, à New York, le 22 septembre 2009 (© AFP PHOTO/ JIM WATSON)

Le président américain Barack Obama a pressé mardi Israéliens et Palestiniens de reprendre rapidement leurs négociations

Le président américain Barack Obama a pressé mardi Israéliens et Palestiniens de reprendre rapidement leurs négociationsLe président américain Barack Obama a pressé mardi Israéliens et Palestiniens de reprendre rapidement leurs négociations

Il réunissait le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à New York.

Les négociations "doivent commencer, et elle doivent commencer rapidement", a dit M. Obama alors que ces discussions sont arrêtées depuis fin 2008.

Sans surprise, aucune percée importante n'a été enregistrée lors de la réunion. Barack Obama, légèrement en retrait, a encouragé ses hôtes à se serrer la main, ce qu'ils ont fait avec un léger sourire alors que le président américain mettait la main sur leurs épaules.

"Ce n'est plus le moment de parler d'entamer des négociations. Il est temps d'aller de l'avant", a insisté le président américain.

Il a ajouté que depuis son arrivée au pouvoir, en janvier, des progrès ont été enregistrés, jetant les bases d'une reprise des discussions de paix, "mais il nous faut encore aller beaucoup plus loin", a-t-il dit.

Barack Obama a annoncé que son émissaire au Proche-Orient George Mitchell reprendrait la semaine prochaine ses négociations avec les deux parties et qu'il avait demandé à la secrétaire d'Etat Hillary Clinton de lui faire un point sur les discussions au mois d'octobre.

"En dépit des obstacles, en dépit du poids de l'histoire, nous devons trouver un moyen de sortir de l'impasse dans laquelle des générations d'Israéliens et de Palestiniens se sont retrouvés piégés, dans un cycle infini de conflit et de souffrance", a expliqué M. Obama.

Mahmoud Abbas intransigeant


Le président palestinien Mahmoud Abbas s'est montré intransigeant mardi sur le gel de la colonisation juive et les frontières du futur Etat palestinien après le sommet.

"Nous avons insisté (lors du sommet) sur la nécessité du respect par Israël de ses engagements, notamment l'arrêt de la colonisation sous toutes ses formes, y compris la croissance naturelle", a déclaré M. Abbas à New York.

"La reprise des négociations dépend (aussi) de la définition de bases claires pour ce processus. Ces bases doivent être une reconnaissance (israélienne) que le retrait doit se faire selon les frontières du 4 juin 1967", avant la conquête des territoires palestiniens par Israël, a ajouté M. Abbas.

Selon lui, cette question a fait l'objet d'une entente avec le précédent gouvernement israélien de Ehud Olmert "avec lequel nous avons défini les territoires occupés comme étant la Cisjordanie et la bande de Gaza, ce qui prend en compte Jérusalem, la Mer morte et la Vallée du Jourdain".

"Il n'y a pas de vainqueur ou de perdant à l'issue de cette rencontre. Un renouveau dans les discussions est bon pour nous tous, pour nous, pour les Américains et pour la cause de la paix", a dit M. Netanyahu à des journalistes. Mais il a refusé de dire pourquoi la rencontre n'avait pas donné lieu à l'annonce d'une reprise des négociations.