Pétard meurtrier, voitures brûlées, policiers blessés... une nuit du Nouvel An agitée

Les accidents de pétards ont été nombreux au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre.
Les accidents de pétards ont été nombreux au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre. (PHILIPPE TURPIN / MAXPPP)

Un jeune homme est mort à cause de l'utilisation de pétards lors de la nuit du Nouvel An, à Haguenau, dans le Bas-Rhin.

La nuit de la Saint-Sylvestre s'est parfois révélée tragique. À Paris, un homme est mort dans la nuit de mardi 31 décembre à mercredi 1er janvier après avoir chuté du Pont Royal, a appris franceinfo auprès des pompiers, confirmant une information de LCI. Vers 0h40, la victime est tombée sur le quai en contrebas de ce pont qui relie le quai Voltaire au musée du Louvre, soit une chute de huit mètres. La thèse accidentelle est privilégiée, selon les pompiers, mais une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances du drame.

Dans le Bas-Rhin, la préfecture a annoncé, mercredi, le décès d'un homme de 30 ans à Haguenau. Un pétard de type "mortier" a explosé au visage du jeune haguenovien. Les faits se sont déroulés dans son jardin, vers une heure du matin, précise France Bleu Alsace. Dans cette région où le Nouvel An est célébré à grand renfort de feux d'artifice et de pétards, le dernier décès dû aux pétards remontait au 1er janvier 2014.

De nombreuses blessures

Ce ne sont pas les seuls incidents en Alsace. Dans le Bas-Rhin, 50 personnes, dont 20 mineurs, ont été blessées par des pétards, rapporte France Bleu Alsace. Parmi les blessées, deux personnes auront des séquelles définitives et 31 des séquelles temporaires, 17 ont des blessures bénignes. La majorité des blessures, 43%, concernent les mains. Dans 20% des cas, ce sont les yeux qui ont été touchés.

À Mulhouse, France Bleu Alsace rapporte que trois personnes ont eu des blessures légères à cause de l'usage de ces engins. À Colmar, huit personnes ont été admises aux urgences pour des blessures dues à un incident pyrotechnique, même si seule l'une d'entre elles a été opérée par SOS mains.

Dégradations et incendies

En Alsace, le nombre de voitures brûlées au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre est plus important que l'année passée. Plus de 200 voitures ont été incendiés à Strasbourg. Le Bas-Rhin ne sont pas les seuls départements touchés.

En Haute-Vienne, au moins 26 véhicules ont été incendiés, dans plusieurs quartiers de la ville de Limoges durant la nuit, rapporte France Bleu Limousin. Sept véhicules de pompiers ont été mobilisés toute la nuit, uniquement pour les feux de voitures. Des renforts sont venus de communes voisines afin de pouvoir assurer l'ensemble des interventions.

Affrontements à Nantes

Des affrontements entre des groupes de jeunes et les forces de l'ordre ont éclaté dans plusieurs quartiers de l'agglomération nantaise, rapporte France Bleu Loire Océan. Des arrêts de bus ont également été dégradés et plusieurs voitures brûlées. Deux jeunes de 18 ans ont été interpellés lors de ces incidents. Le premier à Château-Rezé en possession d'acide chlorhydrique et d'aluminium pouvant servir à fabriquer un enfin explosif. Le second, en état d'ébriété et en possession de briquets, faisait partie d'un groupe d'une dizaine de personnes encagoulées qui partaient en courant après avoir mis le feu à un véhicule.

En Île-de-France, le commissariat de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) a été visé par un tir de mortier d'artifice, dans la nuit de mardi à mercredi, a appris franceinfo de source policière. Les faits se sont produits vers une heure du matin. Il n'y a eu pas eu de blessé ni de dégâts. Quatre personnes au total ont été interpellées, mais seul l'auteur présumé du tir est toujours en garde à vue ce mercredi.

La nuit de la Saint-Sylvestre a également été agitée dans le Drôme. Plusieurs véhicules et du matériel urbain ont été incendiés, indique France Bleu Drôme Ardèche. À Montélimar, l'incendie de deux voitures s'est propagé à deux coffrets de compteur de gaz, provoquant une fuite. Le périmètre de sécurité établi par les pompiers a obligé onze personnes à être évacuées. Mercredi matin, 278 logements sont sans gaz et 100 n'ont plus d'électricité.

Vous êtes à nouveau en ligne