Nelson Mandela : les derniers hommages à "Madiba" devant l'hôpital

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Depuis maintenant 19 jours, Nelson Mandela est hospitalisé à la Mediclinic de Pretoria pour une infection pulmonaire. Ces dernières heures, les rumeurs font état d'une nouvelle détérioration de l'état de santé de l'ancien président sud-africain. La famille arrivée sur place et le président sud-africain lui a rendu une deuxième visite en moins de 24 heures. Devant les grilles de l'hôpital, des dizaines de personnes viennent rendre un dernier hommage à "Madiba".

11h ce jeudi. Les groupes électrogènes tournent à plein
régime, les spots sont allumés, le costume est ajusté : pour les journalistes
américains, c'est l'heure d'intervenir dans les journaux du matin pour évoquer
la santé de Nelson Mandela. 

Des interventions qui ont pris ces dernières heures une
tonalité un peu plus inquiétante. La famille a confirmée ce jeudi matin que Nelson Mandela est désormais sous assistance respiratoire tout en affirmant que son état reste "critique mais stable". 

Par ailleurs, le président
sud-africain Jacob Zuma a renoncé à une visite officielle au Mozambique ce jeudi. Il a rendu une deuxième visite en moins de 24 heures à "Madiba" de près de trois quarts d'heures. Mais la présidence se veut rassurante. En début d'après-midi, un communiqué affirme que Nelson Mandela "va beaucoup mieux" ce jeudi.

Des voitures sombres ou aux vitres teintées pénètrent dans
la clinique par la porte de derrière.

En attendant, des dizaines de personnes viennent rendre un
dernier hommage à Nelson Mandela. Des riverains, des associations, des écoliers
déposent un mot, des fleurs ou des dessins. D'autres se rassemblent pour prier
et chanter, comme ces membres de l'administration pénitentiaire sud-africaine. 

C'est un véritable défilé devant les grilles de l'hôpital. Une grosse délégation de militants de l'ANC, parti au pouvoir, sont également venus encourager leur ancien leader. La plupart d'entre eux portent des T-shirt "Vote ANC 2014", en prévision de l'élection présidentielle de l'an prochain. 

 

Vous êtes à nouveau en ligne