Trois jours de cessez-le-feu en Afghanistan et des progrès dans le processus de paix avec les talibans

Le président Ashraf Ghani à Kaboul en Afghanistan, le 9 mars 2020.
Le président Ashraf Ghani à Kaboul en Afghanistan, le 9 mars 2020. (MOHAMMAD ISMAIL / REUTERS)

Dans son adresse à la nation à l'occasion de l'Aïd el-Fitr, le président afghan, Ashraf Ghani, avait déclaré qu'il allait "accélérer les libérations de prisonniers talibans".

Trois jours de répit pour l'Aïd el-Fitr. Le président de l'Afghanistan, Ashraf Ghani, s'est engagé dimanche 24 mai à faire libérer quelque 2 000 prisonniers talibans et s'est dit prêt à entamer des discussions de paix avec les insurgés, après avoir accepté leur offre d'un cessez-le-feu de trois jours à l'occasion de l'Aïd el-Fitr. Ces progrès soudains interviennent après plusieurs mois d'intensification des violences qui semblaient avoir mené le processus de paix entre les deux camps au bord du gouffre.

"Le président Ghani a lancé aujourd'hui une procédure de libération de jusqu'à 2 000 prisonniers talibans, dans un geste de bonne volonté, en réponse à l'annonce par les talibans d'un cessez-le-feu durant l'Aïd", a annoncé son porte-parole Sediq Sediqqi sur Twitter. Auparavant, dans son adresse à la nation à l'occasion de l'Aïd el-Fitr, fête musulmane qui marque la fin du mois de jeûne de ramadan, Ashraf Ghani avait déclaré qu'il allait "accélérer les libérations de prisonniers talibans".

Un vaste échange de prisonniers

Le président avait aussi demandé aux insurgés de continuer à libérer les membres des forces de sécurité afghanes qu'ils détiennent. Ces libérations réciproques de prisonniers sont prévues par un accord signé le 29 février à Doha entre Washington et les talibans, mais non ratifié par Kaboul.

Ce vaste échange de prisonniers – jusqu'à 5 000 talibans contre 1 000 membres des forces afghanes – aurait dû être achevé le 10 mars, mais a été émaillé d'obstacles. Kaboul a relâché environ 1 000 détenus alors que les insurgés en ont libéré environ 300. L'accord organise également le retrait des forces étrangères d'Afghanistan sous 14 mois, à condition que les insurgés respectent des engagements en matière de sécurité et entament des négociations avec les autorités afghanes sur l'avenir du pays.

Vous êtes à nouveau en ligne