Les talibans afghans du Mollah Omar mettent en garde le calife al-Baghdadi

Le mollah Omar, chef des talibans, qui le considèrent comme «l\'émir des croyants».
Le mollah Omar, chef des talibans, qui le considèrent comme «l'émir des croyants». (DR)

Les talibans ont adressé une lettre, directement à Abou Bakr al-Baghdadi, calife autoproclamé de l’organisation l’Etat islamique, lui demandant de renoncer à toute implantation en Afghanistan. Chassés du pouvoir en 2001, ils entendent rester sur le terrain, sous le commandement du Mollah Omar, le seul mouvement de résistance au gouvernement en place à Kaboul et ses alliés occidentaux.


Dans une lettre adressée nommément au chef, autoproclamé calife, de l’organisation l’Etat Islamique, les rebelles talibans afghans demandent à Abou Bakr al-Baghdadi de mettre un terme à ses velléités d’implantation dans leur pays.
 
Les talibans sous la bannière du Mollah Omar
Inquiets de la volonté d’étendre le califat dans le monde musulman, les talibans préviennent dans la lettre que «le djihad contre les Américains et leurs alliés doit être mené sous une bannière et une direction uniques», celle du Mollah Omar.

Le courrier signé d’Akhtar Mohammed Mansour, bras droit du dirigeant borgne du mouvement, intervient une semaine après des accrochages entre les rebelles afghans et des combattants se réclamant de Daech qui ont provoqué la fuite de milliers de familles dans plusieurs provinces à l’est. Il fait suite également aux ralliements de plusieurs groupes rebelles ces derniers mois à la puissance sunnite montante en Irak et en Syrie.
 
Un courrier qui vaut autant reconnaissance que mise en garde
Sur un ton qui tient autant de la reconnaissance que de la mise en garde, l’ancien ministre du régime taliban (1996-2001) en appelle à la «fraternité religieuse» et «la bonne volonté» du Calife, mais prévient ce dernier que «pour défendre ses acquis, l’Emirat islamique d’Afghanistan serait forcé de réagir».
 
Si Washington et Kaboul ne voient pas de ralliements inquiétants à Daech, le site russe Sputnik, citant des sources afghanes, affirme lui que «l’EI et les talibans se sont déclaré le djihad». Selon Khaama Press, le conflit entre les deux organisations, pourtant sunnites toutes les deux, a éclaté en raison de l’offense faite au mollah Omar. Le Calife al-Baghdadi l’a traité «d’imbécile» et de «chef militaire illettré» ne méritant ni crédit spirituel, ni confiance politique.
 
En quête de fréquentabilité
Deux autres motivations peuvent toutefois expliquer l’écriture et la révélation de cette lettre. D’une part, les talibans craignent d’être supplantés sur leur propre terrain par une force dont la radicalisation est jugée plus séduisante pour les jeunes combattants et chômeurs afghans.
 
De l’autre, la prise de distance avec Daech et sa barbarie permet aux talibans de redorer leur image ternie par une gouvernance impitoyable et l’alliance avec Ben Laden en son temps et l’organisation al-Qaida.
 
Un moyen de se montrer fréquentables au moment où des représentants de leur mouvement et une délégation du gouvernement afghan participent à une conférence de règlement des conflits à Oslo.
 
Vous êtes à nouveau en ligne