L’Arabie Saoudite est «optimiste» depuis que Trump est à la Maison Blanche

Le président américain Donald Trump et le roi Salman d\'Arabie Saoudite.
Le président américain Donald Trump et le roi Salman d'Arabie Saoudite. (Aude Guerucci/ AFP /ANADOLU AGENCY )

Après une période de froid, les relations se réchauffent entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite. Le royaume wahhabite semble très enthousiaste de coopérer avec «l’impressionnante» équipe du nouveau président et envoie plusieurs signes positifs à son allié historique.


Le chef de la Maison Blanche Donald Trump et le roi Salman d’Arabie Saoudite se sont parlé pendant plus d’une heure au téléphone et ils semblent en parfaite harmonie.
Pour faire simple, les deux hommes sont d’accord pour combattre la propagation du «terrorisme islamique radical» et contenir les «activités déstabilisatrices» de l’Iran, le grand rival de Ryad. Un accord gagnant-gagnant.
 
Une nouvelle approche américaine
La nouvelle politique américaine au Moyen-Orient vise d’abord à rassurer l’Arabie Saoudite, première puissance sunnite de la région.
Le royaume wahhabite s’est senti abandonné et marginalisé par son allié historique qui s’est rapproché de l’Iran chiite avec qui il a conclu un accord en juillet 2015.
En parlant d’«application rigoureuse» de l’accord, Washington se montre moins conciliant avec le rival iranien.
 
L’Arabie au-dessus de tout soupçon?
Alors que le candidat Trump avait menacé pendant sa campagne d’interdire l’accès des Etats-Unis aux musulmans, le président Trump vient de désigner 7 pays suspects dont l’Iran qui sont concernés par cette mesure. L’Arabie Saoudite, longtemps pointée du doigt après les attentats du 11-Septembre, se trouve ainsi au-dessus de tout soupçon.
Ryad,qui accorde une grande importance à son image, apprécie.
 
Des zones de sécurité
Le président américain qui ne veut pas s’embarrasser avec le dossier des réfugiés syriens a obtenu l’aide précieuse des Saoudiens. Le roi Salman s’est engagé en faveur de la mise en place de zones de sécurité en Syrie mais aussi au Yémen afin «d’aider les nombreux réfugiés qui ont été déplacés par les conflits en cours», comme le précise le communiqué de la Maison Blanche.
 
Le beau rôle de l’Amérique
Les relations semblent au beau fixe entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite. Dès l’investiture du nouveau président, Ryad s’était prononcé pour le renforcement et le développement des liens dans tous les domaines. Le ministre des Affaires étrangères Adel al-Jubeir avait, de son côté, salué les personnalités «impressionnantes» de l’équipe Trump et leur «très réaliste et sage vision du monde et du rôle que doit y jouer l’Amérique».
Vous êtes à nouveau en ligne