La Sorbonne : l'arme diplomatique des Émirats arabes unis

FRANCE 2

La célèbre université parisienne possède une antenne à Abu Dhabi (Émirats arabes unis) depuis dix ans. Elle permet aux Émirats de rayonner dans le monde.

À Abu Dhabi, au milieu des gratte-ciel, sa coupole rappelle la silhouette de sa grande sœur parisienne. La Sorbonne a ouvert ses portes il y a dix ans. Amphithéâtre digne d'une grande salle de spectacle, bibliothèque équipée d'ordinateurs dernier cri et salles de sport en accès libre... Les 800 étudiants sont ici placés dans les meilleures conditions. Pour les Émiriens, les études sont entièrement gratuites tandis que les étrangers payent, eux, 12 000 € par an, mais peuvent obtenir un rabais allant jusqu'à 70% s'ils ont de bons résultats. C'est comme cela que le pays attire des étudiants étrangers, qui représentent la moitié des effectifs. 

Préparer l'après-pétrole 

L'établissement est mixte et laïque. Chacun est libre de s'habiller comme il le veut. L'université est entièrement financée par les Émirats, mais les autorités n'ont aucune prise sur les programmes. Comme dans tous les lieux publics aux Émirats, l'alcool est en revanche interdit, mais dans la résidence étudiante, le confort est supérieur à ce que l'on trouve dans l'Hexagone. Les autorités ont l'espoir de faire de ces étudiants étrangers de petits VRP des Émirats. Les pays du golfe soignent ainsi leur image, mais ils préparent aussi leur avenir. Des dizaines d'universités étrangères se sont récemment installées à Doha (Qatar), Abu Dhabi ou Dubaï (Émirats arabes unis). Leur mission : préparer l'après-pétrole en formant la jeunesse locale et en attirant les talents. 

Néanmoins, le corps enseignant s'est ému du refus de visas pour deux professeurs américains l'an dernier, tous les deux Chiites. Mais les autorités n'ont pas fourni d'explications. Ces dernières années, une dizaine de professeurs aurait vu leur demande de visa refusée, soit environ 1% des demandes. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne