En Irak, les manifestations continuent après un mois

France 24

Dans le sud du pays comme à Bagdad, les manifestations continuent pour réclamer la démission du gouvernement.

1 mois de contestation en Irak et la mobilisation ne faiblit pas.
A Bassora , les manifestants désabusés s'en remettent à Dieu.
Des ballons accompagnés de message sont envoyés au ciel.
Comme l'explique Ahmad Abdul Kader, manifestant.
"On en a marre, on nous promet des choses differentes tous les jours, il n 'y a plus que dieu a nos côtés."

Hier le president irakien a proposé la tenue d'élections anticipées  :
"Le Premier ministre accepterait de démissionné si les parties s'entendent pour proposer un candidat afin d'éviter le vide constitutionnel."

les manifestants eux restent sourds à ces annonces.
L'association des avocats de Bagdad envisage  même de porter plainte contre le gouvernement  : près de  250 personnes sont mortes depuis le début de la contestation.
Au milieu des manifestants,  ils recueillent les témoignages  :  
" si quelqu'un est blessé, le barreau est prêt à engager des poursuites pour ceux qui ont subi un accident quelconque", explique Abdullah al-Falahi, avocat

La plupart de ces accidents ont été causés par des gaz lacrymogènes anciens et périmés.

Vous êtes à nouveau en ligne