Migrants : la photo d'un enfant noyé interpelle le monde

(Un enfant syrien de trois ans échoué sur une plage turque © MAXPPP)

On l'appelle "la photo de la honte", celle d'un enfant syrien de trois ans, mort noyé, le corps échoué sur une plage turque, après avoir tenté la traversée jusqu'à l'île grecque de Kos. Un cliché terrifiant érigé en symbole de la crise des réfugiés. "Il y a urgence à agir" a réagi Manuel Valls sur Twitter.

 Sur la photo, le petit garçon, short bleu-t-shirt rouge, gît face contre terre, le visage enfoncé dans le sable de la station balnéaire de Bodrum en Turquie, un corps trempé et inerte rejeté par la mer qui a englouti l'embarcation avec laquelle il tentait de rejoindre l'Europe avec ses parents.

 

Selon les médias turcs, il était syrien, il avait 3 ans,  s'appelait Aylan Kurdi, et était originaire de Kobané. Son frère aîné âgé de 5 ans a également péri dans ce naufrage qui a fait 12 morts au total.

L'humanité échouée, #KiyiyaVuranInsanlik en turc, c'est le hashtag qui a envahi les réseaux sociaux à peine le cliché publié. En Turquie d'abord, puis en Angleterre, en France, dans plusieurs pays d'Europe. Les internautes se sont indignés. Où va le monde? Plus Jamais ça !  Les commentaires se comptent par milliers sur les réseaux sociaux et la presse s'en fait l'écho. Outre-Manche, le Huffington Post interpelle directement David Cameron, le Premier ministre britannique : "Fais quelque chose, David!" The Independant s'interroge : "Si ces images d'un enfant syrien rejeté sur une plage ne modifient par l'attitude de l'Europe vis-à-vis des réfugiés, qu'est-ce qui le fera ?"

En Italie, La Repubblica résume le sentiment général et titre : "La photo qui fait taire le monde."

 

Vous êtes à nouveau en ligne