MH370 : les derniers doutes levés "dans les prochaines 24 heures"

(Le débris découvert fin juillet à La Réunion avait été transféré à Toulouse © MAXPPP)

Le fragment d'aile d'avion découvert sur l'île de la Réunion va être transféré dans un laboratoire d'analyse à Toulouse. L'Australie est déjà convaincue qu'il s'agit bien du vol disparu en mars 2014.

"Nous continuons à travailler avec nos collègues français et malaisiens pour analyser l'information disponible, donc nous ne sommes pas encore certains à 100%, mais nous espérons très rapidement atteindre ce degré de confiance. Nous espérons y parvenir dans les prochaines 24 heures " a déclaré Martin Dolan, le directeur du Bureau australien de la sécurité des transports. C'est lui qui dirige les opérations de recherche du MH370 dans l'océan Indien.

Pas de certitude à 100% mais de très fortes présomptions car il semble acquis que le morceau d'aile découvert à La Réunion appartenait à la carlingue d'un Boeing 777. Selon le vice-ministre malaisien des Transports, Abdul Aziz Kaprawi, cette donnée a même été confirmée grâce à un numéro partiel : "Cette information vient de MAS (Malaysia Airlines). Ils m'en ont informé. "

Et que si d'autres accidents aériens ont eu lieu dans cette région, aucun n'impliquait un avion de ce type. Selon les experts, des débris de l'appareil ont pu dériver de l'ouest de l'Australie jusqu'à La Réunion poussés par le courant équatorial sud. Dans un tel scénario, des images satellite de ce courant maritime peu profond pourraient permettre de localiser "en quelques jours" la zone du crash. 

A LIRE AUSSI ►►► MH370 : le fragment d'aile correspond à celle d'un Boeing 777

Début de l'analyse du fragment mercredi

En attendant, le morceau de carlingue est transporté en métropole. Il a quitté La Réunion vendredi soir et est attendu en France samedi. Le "flaperon", un bout d'aile, sera transféré samedi matin d'Orly au centre Techniques aéronautiques de la Direction générale de l'armement du ministère de la Défense de Balma, près de Toulouse. Son analyse débutera mercredi.

Des morceaux d'une valise découverts à proximité du débris d'avion sont également acheminés et feront l'objet d'une expertise à l'Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN) à Pontoise (Val-d'Oise), pour des analyses ADN.

Vous êtes à nouveau en ligne