Marche mondiale contre le braconnage : les rhinocéros en danger

(Les cornes des rhinocéros sont très prisées sur le marché noir asiatique, où elles se négocient à prix d'or pour leurs supposées vertus curatives. Photo d'illustration © Maxppp)

Une marche mondiale est organisée ce samedi dans 127 villes du monde pour protester contre le braconnage des espèces en danger, notamment les éléphants et les rhinocéros. Les organisateurs espèrent mobiliser entre 10.000 et 20.000 manifestants rien qu'à Johannesburg, en Afrique du Sud, où le braconnage a explosé ces cinq dernières années dans le pays.

L'Afrique du Sud abrite 80% de la population mondiale de rhinocéros. Une espèce aujourd'hui menacée. Malgré les efforts du gouvernement, le braconnage a en effet explosé ces cinq dernières années dans le pays. A tel point que le nombre de rhinocéros tués par les braconniers est sur le point de dépasser le nombre des naissances. Rien que depuis le début de l'année, près de 800 individus ont été abattus. 

Le parc national du Kruger est la principale cible des braconniers, originaires pour la plupart du Mozambique. Ces trafiquants détruisent "le cœur de l'Afrique ", selon Dex Kotze, organisateur de la marche contre le braconnage à Johannesburg.  "L'Afrique du Sud a eu de nombreuses occasions pour mettre en place un accord avec le Mozambique. Il y a des discussions depuis 2013 sur le sujet, mais rien n'est encore appliqué, c'est un gros problème ", explique-t-il.

 

"Le braconnage relève du crime organisé et devrait être puni aussi sévèrement" (ONG)

Le gouvernement sud-africain compte déplacer une partie des rhinocéros du Kruger dans d'autres réserves et à l'étranger. Une autre solution consisterait à enlever chirurgicalement la corne des rhinocéros, mais la méthode a ses limites. "Il y a 10.000 rhinocéros dans le parc du Kruger, dispersés sur 28 millions d'hectares. Ce serait très coûteux  et ce n'est pas pratique. Il faut agir à plusieurs niveaux : en suivant chaque rhinocéros, en les protégeant. Mais ce n'est possible qu'avec un groupe réduit de rhinocéros ", souligne Kristy Brebner de l'ONG EWT (Endangered Wildlife Trust).

 

Selon elle, la justice a aussi un grand rôle à jouer. "Le braconnage relève du crime organisé, ce sont les mêmes groupes et ce devrait être puni aussi sévèrement ", estime Kristy Brebner. Mais la corruption, à tous les niveaux, rend la traque des braconniers particulièrement difficile. 

A VOIR AUSSI | La page facebook française de la marche pour les éléphants et les rhinocéros 

Reportage à Johannesburg de Liza Fabbian. Edité par Cécile Mimaut.