Un groupe jihadiste diffuse une vidéo de six otages retenus au Sahel, dont la Française Sophie Pétronin

Des membres des forces maliennes patrouillent aux alentours de la ville de Gao dans le nord du pays.
Des membres des forces maliennes patrouillent aux alentours de la ville de Gao dans le nord du pays. (SOULEIMAN AG ANARA / AFP)

Le rapt de la Française, en décembre 2016, n'avait jamais été revendiqué. La vidéo émane du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, alliance formée en mars dernier par plusieurs mouvements dont Ansar Dine, Al Mourabitoune et l'Emirat du Sahara, une émanation d'Al-Qaïda au Maghreb islamique.

La Française Sophie Pétronin et cinq autres otages étrangers sont apparus dans une vidéo publiée par un groupe issu d'une branche d'Al-Qaïda au Mali, rapporte le centre américain Site, spécialisé dans la surveillance en ligne de la mouvance jihadiste. Le document de 16 minutes et 50 secondes, non daté, a été publié par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, samedi 1er juillet, via la messagerie Telegram.

L'enlèvement de Sophie Pétronin enfin revendiqué

La Française Sophie Pétronin, à la tête d'une association d'aide à l'enfance, a été enlevée en décembre 2016 par des hommes armés à Gao. Elle vivait depuis le début des années 2000 dans cette ville du nord du Mali. Aucun groupe n'avait jusqu'à présent revendiqué ce rapt. Selon la retranscription rédigée par le centre Site, Sophie Pétronin dit espérer qu'Emmanuel Macron aidera à son retour auprès de sa famille. La vidéo apparaît alors que le président de la République arrive au Mali, pour soutenir la lutte contre les groupes jihadistes.

Cette médecin nutritionniste avait échappé de justesse aux islamistes armés qui avaient pris le contrôle de Gao durant plusieurs mois, en 2012, grâce à l'aide de rebelles touaregs qui l'avaient exfiltrée vers l'Algérie. Surnommée la "miraculée de Gao", elle avait raconté cette expérience dans le livre Le Fil de Lumière.

"Aucune véritable négociation n'a commencé"

Les autres otages sont l'Australien Arthur Kenneth Elliott – âgé de 82 ans – le Sud-Africain Stephen McGown – enlevé par Al-Qaïda dans le nord du Mali en novembre 2011 – le Roumain Iulian Ghergut – enlevé en avril 2015 au Burkina Faso – la missionnaire suisse Béatrice Stockly – kidnappée en janvier 2016 par le groupe jihadiste Al-Qaïda au Maghreb islamique – et la religieuse colombienne Gloria Cecilia Narvaez Argoti – enlevée en février 2017 au Mali.

Les otages sont présentés séparément dans la vidéo par un homme. A la fin de la vidéo, et sans formuler aucune demande, cet homme assure aux familles des otages qu'"aucune véritable négociation n'a commencé" pour leur libération, tout en affirmant que des discussions sont "toujours actives".