Mali : un Casque bleu tué dans une attaque à Bamako

Un Casque bleu surveille une résidence de l\'ONU ayant essuyé une attaque, le 20 mai 2015, à Bamako (Mali). 
Un Casque bleu surveille une résidence de l'ONU ayant essuyé une attaque, le 20 mai 2015, à Bamako (Mali).  (HABIBOU KOUYATE / AFP)

Un autre soldat a été grièvement blessé par des assaillants non identifiés. Tous deux appartiennent au contingent bangladais. 

Nouvelle attaque visant les Nations unies dans la capitale malienne. Un Casque bleu de la mission de l'ONU au Mali (Minusma) a été tué, et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mai, à Bamako, la capitale, indiquent mardi des sources de sécurité.

"Des hommes armés, que nous n'avons pas encore identifiés, ont tiré dans la nuit de lundi sur deux Casques bleus qui étaient à bord d'un véhicule de l'ONU, a déclaré une source de sécurité malienne. Ce forfait doit être qualifié d'acte terroriste. Les auteurs sont les ennemis de la paix."

Une précédente attaque la semaine passée

L'attaque et le bilan ont été confirmés par une source de sécurité de la Minusma, précisant que les deux soldats appartenaient au contingent bangladais. Les deux Casques bleus venaient de l'aéroport de Bamako en direction du sud de la ville quand ils ont essuyé les tirs d'assaillants à bord d'un véhicule.

Régulièrement frappée par des attaques dans le nord du Mali depuis son déploiement en juillet 2013, la force de l'ONU a essuyé le 20 mai la première attaque la visant directement à Bamako. Un homme armé avait tenté d'incendier un véhicule de l'ONU garé devant une résidence de personnel de la Minusma, blessant un gardien et causant des dégâts matériels.

La Minusma avait alors rappelé la responsabilité des autorités maliennes "d'assurer la sécurité de son personnel, notamment à Bamako", alors que le climat s'est alourdi entre la force de l'ONU et le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, et les groupes armés soutenant le gouvernement.