Libye : pour la première fois, les deux chefs rivaux du pays adoptent une déclaration commune, en France, en vue d'une sortie de crise

Le général libyen Khalifa Haftar (à gauche), Emmanuel Macron (au centre) et le Premier ministre, Fayez Al-Sarraj, le 25 juillet 2017, à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines).
Le général libyen Khalifa Haftar (à gauche), Emmanuel Macron (au centre) et le Premier ministre, Fayez Al-Sarraj, le 25 juillet 2017, à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines). (PHILIPPE WOJAZER / AFP)

Depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi, en 2011, le pays est plongé dans la guerre civile.

Fayez Al-Sarraj, Khalifa Haftar et Emmanuel Macron se serrant la main. Les deux chefs rivaux de Libye, réunis près de Paris mardi 25 juillet à l'initiative du président français, ont adopté pour la première fois une déclaration conjointe de sortie de crise. "Elle trace la feuille de route d'une réconciliation nationale", a expliqué Emmanuel Macron, lors d'une prise de parole en compagnie des deux hommes. 

Emmanuel Macron salue "le courage historique" des deux hommes

Dans ce document, Fayez Al-Sarraj, le Premier ministre du gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU, et le chef militaire Khalifa Haftar soulignent que la solution à la crise ne peut être que politique et doit associer tous les Libyens. D'après le chef d'Etat français, cette déclaration commune ouvre la voie vers un cessez-le-feu et vers un "processus électoral au printemps".

Lors de cette déclaration, Emmanuel Macron a salué "le courage historique" de Fayez Al-Sarraj et Khalifa Haftar. Il a affirmé qu'ils "peuvent devenir le symbole d'une unité nationale" pour ce pays en proie à la guerre civile depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.