Les Etats-Unis annoncent la mort d'un cadre de Daech dans un bombardement en Libye

(Les dommages créés par les frappes américaines à Sabratha, en Libye. © Reuters)

Un raid américain mené contre un camp d'entraînement de Daech, en Libye, a fait plus de 40 morts, dont un cadre de Daech. Les Etats-Unis le soupçonnent d'être lié aux attentats du Bardo et de Sousse.

Un camp d'entrainement de Daech en Libye a été pris pour cible dans la nuit de jeudi à vendredi à Sabratha, à 70 km à l'ouest de Tripoli. Un bâtiment de deux étages a été détruit par les frappes des avions de combat américains et la plupart des 41 morts sont des Tunisiens, nombreux à rejoindre les rangs de Daech.

Le commanditaire présumé des attentats du Bardo et de Sousse abattu

Dans le viseur des Américains, un important responsable de Daech :Noureddine Chouchane, alias Sabir, un Tunisien de 36 ans soupçonné par le Pentagone d’être l’architecte des attentats du Bardo à Tunis et de la plage d’un hôtel à Sousse, survenus en mars et juin 2015. 

Frappes ciblées en Libye pour la seconde fois en trois mois

C'est la deuxième fois en trois mois que les Etats-Unis mènent des frappes contre Daech en Libye. En novembre, ils annonçaient avoir tué l'Irakien Abou Nabil, "le plus haut responsable de Daech" en Libye", selon Washington. Ces frappes ne sont pas les dernières. Comme le rappelait Barack Obama, il y a quelques jours, les États-Unis traqueront les djihadistes de Daech partout où ils se trouvent, pas seulement en Irak et en Syrie. 

Depuis plusieurs mois, Américains et Britanniques mènent des missions de reconnaissance sur le terrain en Libye, dans le but d’identifier des cibles et de cartographier le réseau de Daech dans le pays. Au même moment, les Occidentaux s’interrogent sur la possibilité d’intervenir en Libye, où Daech s’est énormément renforcé ces derniers mois. Responsable d'attentats sanglants et d'exactions, Daech est implanté en Libye depuis 2014, profitant du chaos dans lequel est plongé le pays depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. 

À LIRE AUSSI ►►► Coalition anti-Daech : "la France a raison" de vouloir frapper en Libye

Vous êtes à nouveau en ligne