Les "Amis de la Syrie" vont envoyer "une aide urgente" à l'opposition

(Maxppp)

Les principaux pays qui soutiennent la rébellion au régime de Damas se sont mis d'accord ce samedi pour renforcer leurs livraisons "en matériel et en équipements". Mais les livraisons d'armes devront être "canalisées". Les onze "amis de la Syrie" appellent également le Hezbollah libanais à se retirer du conflit.

Les onze pays membres des "Amis de la Syrie" ont
pris "des décisions secrètes" pour renverser l'équilibre des forces
dans le conflit syrien. C'est en tout cas ce qu'affirme le cheikh Hamad ben
Jassem al Thani, chef de la diplomatie du Qatar, hôte de la réunion.

"Chacun à sa façon "

 Si l'on ne connaît pas ces "décisions secrètes",
le communiqué final de cette réunion affirme par contre la volonté d'apporter
"une aide urgente en matériel et en équipements nécessaires" à la
rébellion pour lui permettre de faire face aux "attaques brutales du
régime". Mais cet apport se fera en ordre dispersé.

L'aide sera apportée
"chacun à sa façon, chacun choisissant son approche", d'après le
secrétaire d'Etat américain John Kerry. En ce qui concerne la France, Laurent Fabius affirme que "15 tonnes de materiel humanitaire a été envoyé à la population syrienne ". Le ministre des Affaires étrangères évoque aussi des "traitements pour protéger un millier de personnes des armes chimiques ". 

Livraisons d'armes "canalisées"

La question des armes a une nouvelle fois divisé les membres de la coalition internationale. Deux des onze pays se seraient opposés à une aide militaire directe à la rébellion.Le communiqué affirme que "tout aide
militaire sera canalisée" par une branche de l'armée syrienne libre.

Les onze pays sont par contre sur la même position vis-à-vis
du Hezbollah libanais dont des combattants sont engagés aux côté du régime de
Bachar al-Assad. Cette intervention "menace l'unité de la Syrie" et
pourrait "élargir le conflit à travers les frontières", affirme le
communiqué final. Les "Amis de la Syrie" réclament donc que "ces
combattants quittent la Syrie immédiatement". 

Vous êtes à nouveau en ligne