Les Américains veulent "frapper Daech au portefeuille"

(Les forces spéciales américaines ont un logisticien financier de Daech en Syrie © Thaier Al-Sudani/Reuters)

Les Etats-Unis ont revendiqué la mort d''un haut-responsable de Daech, Abou Sayyaf, lors d'une intervention sur le sol syrien. L'objectif est clairement financier, selon Frédéric Encel, spécialiste de géopolitique.

Les Etats-Unis ont annoncé samedi une intervention au sol des forces spéciales américaines en Syrie et la mort d'un haut-responsable de Daech, Abou Sayyaf. Il s'agit de la première opération connue des forces spéciales américaines sur le territoire syrien, en dehors de la tentative manquée, l'an dernier, de délivrer des otages détenus par le groupe terroriste dans le nord-est du pays. La cible visée par les Américains semble correspondre à la volonté de s'attaquer au "nerf de la guerre", autrement dit à son financement. 

A LIRE AUSSI ►►►Syrie : un haut responsable de Daech tué par les forces spéciales américaines

Daech "frappé au portefeuille"

Selon le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter, Abou Sayyaf était impliqué dans les opérations militaires de l'organisation mais codirigeait aussi ses "opérations illicites dans les domaines pétrolier, gazier et financier", a-t-il déclaré. Les Américains ont visé un "logisticien financier" du groupe djihadiste, explique Frédéric Encel, spécialiste de géopolitique.

"Dans l’organigramme de Daech, Abou Sayyaf est l’un des grands logisticiens financiers. Donc là, les Américains ont décidé de frapper au portefeuille. C’est ce qu’ils avaient commencé avec les bombardements de début aout 2014. Simplement les cibles étaient plutôt militaires, des hommes ou des matériels, liés aux avancées stratégiques de Daech. Là, il semble que la nouvelle tactique américaine soit de frapper à la source des financements."
 

"Les Américains ont voulu frapper Daech au portefeuille" : Frédéric Encel, spécialiste de géopolitique
--'--
--'--

Frédéric Encel ajoute que la cible des soldats américains disposait "de relais et de réseaux très importants" dans le monde de l’islamisme radical. "L’anéantir constitue pour les Américains et l’ensemble de la coalition" dit-il, "un plus assez évident" .

Vous êtes à nouveau en ligne