Le verdict d'Aung San Suu Kyi attendu vendredi

Aung San Suu Kyi, 1996.
Aung San Suu Kyi, 1996. (© AFP)

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi est jugée pour avoir enfreint les règles de son assignation à résidence

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi est jugée pour avoir enfreint les règles de son assignation à résidenceL'opposante birmane Aung San Suu Kyi est jugée pour avoir enfreint les règles de son assignation à résidence

Mme Suu Kyi, Prix Nobel de la Paix, est passible de cinq ans de prison pour avoir reçu en mai un Américain qui s'était invité chez elle après avoir traversé un lac à la nage.

L'opposante, âgée de 64 ans et secrétaire générale de la LND, est détenue depuis la mi-mai à la tristement célèbre prison d'Insein, au nord de Rangoun.

Tout au long de son procès qui s'était ouvert le 18 mai à huis clos, elle n'a cessé de clamer son innocence, dénonçant le caractère "partial" et "politique" de sa mise en accusation.

Durant les débats, ses avocats ont fait valoir que cette dernière ne pouvait pas être tenue pour responsable des actes de l'Américain John Yettaw et qu'elle avait été inculpée en vertu d'une constitution qui n'est plus en vigueur depuis plus de deux décennies. Ils ont également relevé que l'accusation a pu appeler 14 témoins à la barre alors que la défense n'a eu droit qu'à deux témoins.

Par conséquent l'avocat d'Aung San Suu Kyi reste optimiste mais méfiant: "Nous avons de bonne chances au regard de la loi, mais nous ne pouvons pas anticiper la décision de la Cour car c'est un dossier politique".

Mme Suu Kyi a passé 13 des 19 dernières années en résidence surveillée, depuis que la junte militaire a refusé d'admettre sa victoire aux dernières élections organisées en Birmanie en 1990. Une condamnation à ce procès risque de la maintenir écartée de la vie politique, alors que la junte veut organiser des élections en 2010.