Le raid des forces spéciales israéliennes sur un hôpital palestinien d'Hébron

(La chambre de l'hôpital Al Ahly dans laquelle le cousin du suspect a été tué ©REUTERS/Mussa Qawasma)

21 membres des Forces spéciales israéliennes ont mené un raid dans un hôpital d'Hébron, en Cisjordanie. Grimées, elles venaient pour arrêter un homme soupçonné d'attaque au couteau contre un colon israélien. Le cousin du suspect a été tué dans l'opération.

Ce qu’on voit d’abord sur les images de la vidéo, tournée par les caméras de surveillance de l'hôpital Al Ahly d'Hébron, c’est le leurre : quatre personnes qui encadrent une chaise-roulante sur laquelle se trouve une femme prétendument enceinte. Ils viennent interpeler un homme suspecté d'avoir poignardé un colon israélien.

Capuches, fausses barbes et keffiehs

Cela se passe en pleine nuit. Il n’y a pas grand monde. Le groupe avance vers un accueil. Il est juste avant rejoint par d’autres personnes en civil, seize hommes qui portent  pour certains des capuches, des keffiehs et apparemment des fausses barbes. Ces faux palestiniens sortent des armes automatiques et des armes de poing. Ils neutralisent le personnel et disparaissent du champ des caméras.

 

 

Ce qui est sûr c’est qu’ils arrêtent Azzam Shalaldeh sur son lit d’hopital. Le jeune homme de 20 ans est accusé par les Israeliens d’avoir mené une attaque au couteau contre un colon en octobre dernier, dans laquelle il a été bléssé.

Le cousin du suspect abattu

Dans l’intervention, le cousin du suspect est tué. Il a été abattu "sans raison", d’après un membre de la famille, présent dans la chambre, parce qu’il était "menaçant", d’après les forces israéliennes. L’opération a vivement été condamnée par le ministre palestinien de la Santé. Elle est présentée par les services de renseignement intérieur israélien comme l’illustration qu’il n’y aura "aucun refuge" accordé aux auteurs des attaques au couteau.