Le premier ministre indien Manmohan Singh a rendu hommage à l'idéalisme du militant anticorruption Anna Hazare

Le premier ministre indien, Manmohan Singh (au centre)
Le premier ministre indien, Manmohan Singh (au centre) (AFP - PIB - P. S. Kanwar)

"Il est devenu l'incarnation de l'aversion et de l'inquiétude du peuple concernant la corruption", a déclaré Manmohan Singh au Parlement."Je l'applaudis, je le salue. Sa vie est trop précieuse et c'est pourquoi je voudrais exhorter Anna Hazare à rompre son jeûne", a-t-il ajouté.

"Il est devenu l'incarnation de l'aversion et de l'inquiétude du peuple concernant la corruption", a déclaré Manmohan Singh au Parlement.

"Je l'applaudis, je le salue. Sa vie est trop précieuse et c'est pourquoi je voudrais exhorter Anna Hazare à rompre son jeûne", a-t-il ajouté.

Un jeune entamé il y a neuf jours sur une place de New Delhi pour faire pression sur le gouvernement à propos d'un projet de loi contre la corruption.

Anna Hazare, 74 ans, qui a perdu près de 7 kg, s'est adressé jeudi à la foule. "Je suis sûr de ne pas mourir avant l'adoption de la loi Jan Lokpal (loi anticorruption) (...) Je vais continuer à me battre", a-t-il promis. La détérioration de l'état de santé du héraut du mouvement anticorruption indien, pourrait contraindre le gouvernement à le nourrir de force. Par son action, il s'efforce de rappeller le mode d'action pacifiste du mahatma Gandhi, "père" de l'indépendance de l'Inde, auquel il dit se référer.

Anna Hazare entend faire pression sur le gouvernement concernant un projet de loi qui créé un poste de médiateur de la République censé surveiller les hommes politiques et les fonctionnaires du gouvernement. Il exige que le texte soit amendé pour que le médiateur puisse aussi enquêter sur le premier ministre et des magistrats de hauts rangs en cas de soupçon de corruption.

Sa campagne, baptisée "L'Inde contre la corruption", a reçu le soutien passionné de dizaines de milliers de personnes, écoeurées par la culture de la corruption dans leur vie quotidienne.

L'ascension fulgurante d'Anna Hazare, considéré comme un sauveur national par de nombreux Indiens, a surpris le gouvernement de centre-gauche, englué depuis des mois dans des scandales de corruption. Le plus retentissant est celui lié à une vente de licences de téléphonie mobile par l'ancien ministre des Télécommunications qui aurait fait perdre au Trésor une somme allant jusqu'à 40 milliards de dollars (27,8 mds d'euros).

Anna Hazare récidive

Ardent admirateur de Gandhi avec qui il partage une certaine ressemblance physique,
le militant Anna Harare a déjà défrayé la chronique en avril en poursuivant, devant les caméras, un jeûne de 98 heures qui avait réussi à faire plier le gouvernement. Il demandait que des membres de la société civile participent à la rédaction d'un projet de loi durcissant la législation anti-corruption.

Après avoir trouvé trop laxiste le texte final, en cours d'examen au Parlement, il a donc décidé de récidiver.