Le pape Benoît XVI a condamné lundi la "violence absurde et féroce" après la mort de chrétiens dimanche à Bagdad

Un jeune otage irakien libéré après la prise d\'otages dans une église catholique de Bagdad, le 31 octobre 2010
Un jeune otage irakien libéré après la prise d'otages dans une église catholique de Bagdad, le 31 octobre 2010 (AFP/KHALIL AL-MURSHIDI)

Une attaque d'Al-Qaïda contre une église catholique a fait 46 morts parmi les fidèles, en majorité des femmes et des enfants, a indiqué le ministère de l'Intérieur. Sept policiers sont morts.En réaction, Paris a annoncé lundi la création de 150 places d'accueil pour les blessés. Depuis 2007, la France a accueilli 1.300 réfugiés chrétiens irakiens.

Une attaque d'Al-Qaïda contre une église catholique a fait 46 morts parmi les fidèles, en majorité des femmes et des enfants, a indiqué le ministère de l'Intérieur. Sept policiers sont morts.

En réaction, Paris a annoncé lundi la création de 150 places d'accueil pour les blessés. Depuis 2007, la France a accueilli 1.300 réfugiés chrétiens irakiens.

Outre les 46 civils tués, sept membres des services de sécurité et cinq terroristes présumés ont aussi trouvé la mort lorsque les commandos irakiens ont donné l'assaut, avec les troupes américaines, pour libérer les chrétiens pris en otage dans la cathédrale syriaque catholique.

Une des attaques les plus meurtrières contre les chrétiens en Irak
Cette attaque est l'une des plus meurtrières commises contre les chrétiens en Irak, et devrait accélérer l'exode des membres de cette communauté, dont le nombre est passé de 800.000 à 500.000 depuis l'invasion conduite par les Etats-Unis en 2003.

Elle a été revendiquée par un groupe de la mouvance d'Al-Qaïda qui a donné un ultimatum de 48 heures à l'Eglise copte d'Egypte pour libérer des musulmanes "emprisonnées dans des monastères" de ce pays, selon le centre américain de surveillance des sites islamistes (SITE).

"Il y a eu 46 tués parmi les fidèles, notamment des femmes et des enfants, et 60 blessés, dont une vingtaine dans un état grave", selon le bilan officiel du ministère de l'Intérieur. Sept membres des forces de sécurité ont été tués et 15 autres ont été blessés. Concernant les assaillants, trois ont été tués et deux autres se sont suicidés en faisant détonner leur ceinture d'explosif. Huit suspects ont été appréhendés, selon la même source.

Peu auparavant, Mgr Pios Kasha, le vicaire épiscopal syriaque catholique de Bagdad, avait fait état de 42 fidèles tués, dont deux prêtres, et 25 blessés, précisant que moins de 80 personnes assistaient à la messe. "C'est un immense sentiment de tristesse qui m'envahit (...). C'est inhumain. Même les animaux ne se comportent pas ainsi entre eux", a déclaré à l'AFP l'évêque chaldéen de Bagdad, Shlimoune Wardouni.

La cathédrale Sayidat al-Najat (Notre-Dame du Perpétuel secours) ressemblait à un champ de bataille lundi. Des balles ont criblé le fronton où est inscrit "Gloire à Dieu au ciel et paix sur la terre". Un bas-relief de la Vierge est égratigné par des éclats de balles. Le sol et les murs sont maculés de sang et jonchés de verre brisé, et des morceaux de chair sont visibles.

"Nous n'avons plus notre place ici. Qu'est-ce qu'ils veulent de nous? Que leur a-t-on fait ? Ils ont tué des innocents qui priaient. Ils veulent nous faire partir, et que fait le gouvernement? Asolument rien", a déclaré, plein de douleur, Mgr Kasha.

"Tout le monde va partir"
"Tout le monde va partir. Ils attendent la fin de l'école et partiront", a-t-il ajouté. Il n'y a plus que 20.000 syriaques catholiques en Irak contre 60.000 avant 2003. "Comme chaque dimanche, la messe a commencé vers 17H00. Un quart d'heure plus tard, nous avons entendu des explosions et des bruits d'arme automatique, puis les terroristes ont pénétré par la porte principale dans l'église", a raconté Bassam Sami Youssef, 21 ans, un rescapé de la tuerie rencontré près du lieu de l'attentat.

"Le père Athir a interrompu son sermon, et le père Wassim a tenté de mettre dans une pièce une cinquantaine de fidèles dont moi. Il a ensuite essayé de parlementer avec les assaillants mais ces derniers l'ont immédiatement abattu, ainsi que le père Athir", a-t-il ajouté. Selon lui, les attaquants, armé de kalachnikovs, de grenades et de vestes d'explosifs, ont immédiatement ouvert le feu. "C'était la panique. Les terroristes ont jeté une grenade sur sept fidèles qui tentaient de s'échapper", a-t-il dit.

Le commandement des opérations de Bagdad, cité par la télévision officielle, a annoncé lundi l'arrestation de deux employés de la chaîne Bagdadiya qui ont reçu une communication au cours de laquelle les assaillants ont détaillé leurs revendications.

Selon les chiffres de l'Eglise, les catholiques en Irak sont passés de 2,89% de la population en 1980 (378.000) à 0,94% en 2008 (301.000).

Fin 2008, une campagne de meurtres et de violences ciblées a fait 40 morts parmi les chrétiens, entraînant le départ de Mossoul, dans le nord, de plus de 12.000 d'entre eux. Les diverses communautés se rejettent la responsabilité de ces attaques.

Vous êtes à nouveau en ligne