Le Pakistanais, poursuivi pour les attentats de 2008 à Bombay et jugé coupable de meurtre, a été condamné à mort jeudi

Le Tah Mahal Hotel de Bombay en flammes après un attentat, le 27 novembre 2001
Le Tah Mahal Hotel de Bombay en flammes après un attentat, le 27 novembre 2001 (AFP / Indranil Mukherjee)

Mohammad Ajmal Kasab, 22 ans, était le seul accusé survivant du commando islamiste présumé responsable des attentats qui avaient fait 166 morts en novembre 2008.Au terme d'un an de procès, le tribunal spécial indien devant lequel il comparaissait l'avait aussi déclaré lundi coupable d'actes de guerre contre l'Inde.

Mohammad Ajmal Kasab, 22 ans, était le seul accusé survivant du commando islamiste présumé responsable des attentats qui avaient fait 166 morts en novembre 2008.

Au terme d'un an de procès, le tribunal spécial indien devant lequel il comparaissait l'avait aussi déclaré lundi coupable d'actes de guerre contre l'Inde.

Mohammad Ajmal Kasab était poursuivi pour 86 chefs d'inculpation. Il risque la peine de mort. Deux Indiens, Fahim Ansari et Sabauddin Ahmed, accusés d'avoir fourni un soutien logistique au commando, ont été jugés non coupables.

Il s'agit du premier verdict rendu par la justice indienne après les attaques de Bombay, qui avaient mis à mal les relations déjà fragiles entre l'Inde et le Pakistan.

Ce procès fleuve avait commencé en avril 2009 et s'est achevé fin mars. Empreintes digitales, traces d'ADN, photos et images des caméras de sécurité permettent d'affirmer que Kasab est un des hommes armés auteurs d'un carnage dans la gare de Bombay, selon l'accusation.

L'accusé avait plaidé non coupable, puis provoqué un coup de théâtre en juillet dernier en avouant pour la première fois avoir fait partie du commando qui avait tué 52 personnes au fusil d'assaut et à la grenade à la gare. Il était ensuite revenu sur ses aveux.

Du 26 au 29 novembre 2008, un commando de dix hommes lourdement armés avait semé la mort dans des hôtels de luxe, un restaurant touristique, la principale gare et un centre juif de Bombay. 166 personnes avaient été tuées et plus de 300 autres blessées.

Vous êtes à nouveau en ligne