Le mouvement islamiste fête dimanche le premier anniversaire de la meurtrière offensive israélienne

(DR)

"La volonté résolue de Gaza a été victorieuse, la Résistance, qui a défendu sa terre avec honneur, n'a pas été brisée", s'est félicité un haut responsable du Hamas, Ahmed Bahar.Pour sa part, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est inquiété du "sentiment de désespérance" qui prévaut dans ce territoire.

"La volonté résolue de Gaza a été victorieuse, la Résistance, qui a défendu sa terre avec honneur, n'a pas été brisée", s'est félicité un haut responsable du Hamas, Ahmed Bahar.

Pour sa part, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est inquiété du "sentiment de désespérance" qui prévaut dans ce territoire.

Il a appelé Israël à lever son blocus "inacceptable".

Selon les Nations unies, quelque 6.400 habitations ont été détruites ou gravement endommagées dans un territoire étroit où vivent 1,5 million de personnes, dépendant à 85% de l'aide humanitaire internationale.

Dans le nord du territoire, des centaines de manifestants ont défilé en arborant des photos des victimes. Le Premier ministre du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, doit prononcer un discours télévisé dans la soirée. A 11H20 locales (9H20 GMT), les sirènes ont retenti dans toute la bande de Gaza pour marquer le début de l'opération "Plomb durci" le nom de l'offensive de l'armée israélienne lancé pour faire cesser les tirs de roquettes palestiniennes contre Israël.

Ces commémorations doivent s'étaler sur 22 jours, soit autant que la durée de la guerre, du 27 décembre 2008 au 18 janvier 2010.
Le conflit avait pris fin avec des cessez-le-feu unilatéraux des deux côtés.

Cette guerre a fait 1.450 morts palestiniens, selon un bilan actualisé des services de secours à Gaza. Parmi les tués, 439 enfants âgés de moins de 6 ans et 127 femmes, ainsi que 5.570 blessés, selon les mêmes sources. Côté israëlien, il ya eu treize morts, 4 civils et 9 soldats.

Aujourd'hui, un calme relatif, mais rare, règne entre la bande de Gaza et Israël. Les tirs de roquettes ont pratiquement cessé; le Hamas est toujours au pouvoir.

La sévérité de l'opération punitive israélienne a été dénoncée par de nombreux responsables du monde entier et l'image de l'Etat hébreu s'est dégradée.

Dans un rapport, la mission d'enquête du juge Richard Goldstone, mandaté par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, a accusé Israël --mais aussi les groupes armés palestiniens-- de "crimes de guerre", voire de "crimes contre l'humanité".

Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne, dont les rapports avec le Hamas sont exécrables, a promis de tout faire pour poursuivre "les criminels de guerre" israéliens.

Par contraste, l'anniversaire de la guerre de Gaza n'a aucun écho officiel en Israël.

Vous êtes à nouveau en ligne