Le journaliste franco-belge Yves Debay tué par un sniper en Syrie

(Autre)

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme annonce la mort jeudi de ce correspondant de guerre qui couvrait les combats autour d'Alep. Des militants accusent le régime syrien d'être responsable de sa mort.

Correspondant de guerre, Yves Debay couvrait les combats entre les forces
d'opposition et l'armée syriennes dans la ville d'Alep, au nord-ouest du
pays. Il travaillait pour  Assaut, une revue spécialisée qu'il avait fondée.

Né dans l'ex-Congo belge en 1954, il avait aussi pris la nationalité française.

Yves Debay était d'abord un soldat. Il s'était engagé en 1957 dans l'armée belge. Il avait d'abord servi dans une unité de reconnaissance avant d'être nommé commandant de char. 

Puis en 1985, il avait quitté l'armée. Il avait d'abord réalisé un  documentaire sur l'armée française avant de couvrir, à sa façon, en "franc-tireur photographe",  la guerre civile au Liban, les deux guerres du
Golfe, la guerre en Yougoslavie et la guerre en Afghanistan de 2001. Et donc la Syrie où il a trouvé la mort, abattu par un tireur embusqué.

Selon Reporters Sans Frontières, 17 journalistes professionnels,
étrangers et Syriens, et 44 citoyens-journalistes ont été tués depuis le début du
conflit  en mars 2011 en Syrie.