Le cardinal argentin Bergoglio, élu pape sous le nom de François

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Habemus papam ! Après cinq tours de scrutin, les 115 cardinaux électeurs ont choisi mercredi un nouveau pape. Il s'agit de l'Argentin Jorge Mario Bergoglio. L'archevêque de Buenos Aires a choisi le nom de Franciscum (François). Il est à la fois le premier jésuite et le premier latino-américain à accéder au trône de Saint-Pierre. Il s'est exprimé peu après 20 heures au balcon de la Basilique Saint-Pierre devant des dizaines de milliers de fidèles.

Le nouveau pape a un
visage, et un nom : François. C'est le prénom qu'a choisi le cardinal Jorge
Mario Bergoglio, élu par les cardinaux mercredi soir à l'issue du cinquième tour de scrutin
du conclave. Son élection signifie qu'il a réussi à obtenir au moins deux tiers
des voix des cardinaux électeurs, réunis dans la chapelle Sixtine depuis mardi.

L'élection de Bergoglio
est une surprise : il ne figurait pas parmi les favoris de
l'élection tels que l'Italien Angelo Scola ou le Brésilien Odilo Scherer. Au
moment de l'annonce de son élection, beaucoup de fidèles présents sur la place
Saint-Pierre n'ont pas immédiatement compris de qui il s'agissait, a rapporté notre envoyé spécial sur place. Toutefois, dans les dernières heures précédant
la fin du conclave, la presse italienne le voyait comme un possible outsider,
dont la cote semblait en hausse. En 2005, lors du précédent conclave, il apparaissait comme favori face à Joseph Ratzinger.

Le
pape des premières fois

François est le tout
premier pape à ne pas être issu d'Europe depuis l'an 741 et l'élection du pape Grégoire III, né en Syrie. A 76 ans, cet Argentin est le premier
pape latino-américain, quoique ses parents fussent des immigrés italiens. Les cardinaux ont donc fait le choix d'élire un représentant du continent le plus catholique du monde.

Il
est aussi le premier pape jésuite, issu de la compagnie de Jésus. Les jésuites
se distinguent notamment pour un vœu d'obéissance absolue à la volonté de Dieu
et au pape. Enfin, il est le premier hispanophone depuis 1492 et le pape Alexandre VI, père de César Borgia.

Autre surprise : son nom.
Le nouveau pape a choisi un prénom qui n'avait encore jamais été porté, celui
de Franciscum, soit François. Bien qu'il ait été beaucoup désigné comme
François Ier, le site Internet du Vatican n'évoque pas de nombre ordinal. Ce
nom pourrait avoir été choisi en hommage à Saint-François-d'Assise, connu pour sa simplicité.

Cinq
tours de scrutin pour élire le pape

C'est le
protodiacre, le cardinal français Jean-Louis Tauran, qui a fait l'annonce
officielle ("habemus papam ") au balcon de la basilique
Saint-Pierre. L'annonce officielle a eu lieu peu avant 20 heures, près d'une
heure après que la fumée blanche se fut échappée de la chapelle Sixtine,
annonçant que les cardinaux électeurs avaient réussi à se mettre d'accord sur
un nouveau pape.

Il a fallu deux jours de
conclave et cinq tours de scrutin aux cardinaux pour élire un nouveau pape.
C'est autant qu'en 2005, lors du conclave qui avait conduit à l'élection de Joseph
Ratzinger, qui avait choisi le prénom de Benoît XVI. 

"Ils
sont allés me chercher au bout du monde
"

Dans ses premiers mots à
la foule, le pape François a évoqué sa provenance lointaine : "Il semble
que les cardinaux sont allés me chercher au bout du monde
", a-t-il déclaré.

S'adressant aux dizaines
de milliers de fidèles, il a invité à prier "pour que le Seigneur [le]
bénisse et que la Vierge Marie [le] garde
", avant de réciter un Notre Père
et un Je Vous Salue Marie. "Priez pour moi et donnez-moi votre
bénédiction avant que l'évèque vous bénisse
", faisant allusion à sa
fonction d'évêque de Rome. Il a invité les catholiques à "entreprendre
un chemin de fraternité, d'amour
" et "d'évangélisation ".
Invité sur France Info, Mgr Podvin, secrétaire général adjoint de la Conférence
des évêques de France, a évoqué un pape qui "s'excuse presque d'être
devenu pape
".

> Lisez les réactions, partout dans le monde, à l'élection du pape François

La messe inaugurale aura
lieu mardi prochain, le 19 mars. D'ici là, le pape François devrait rencontrer son
prédécesseur Benoît XVI, avec qui il a échangé par téléphone dès son élection.

Vous êtes à nouveau en ligne