La principale organisation de l'opposition égyptienne a choisi le conservateur Mohamed Badïa comme nouveau leader

Mohammed Badie, le nouveau leader des Frères musulmans félicité par son prédécesseur, Mohammed Akef.
Mohammed Badie, le nouveau leader des Frères musulmans félicité par son prédécesseur, Mohammed Akef. (AFP - Victoria Hazou)

Agé de 66 ans, M. Badïa qui fait partie du Conseil de la Choura, l'exécutif du mouvement fondamentaliste, succède à Mohamed Mahdi Akef, un octogénaire qui a démissionné au début du mois.Ancien radical arrêté, emprisonné à plusieurs reprises, il plaide aujourd'hui pour une islamisation accrue de la société plus que d'un renversement du pouvoir.

Agé de 66 ans, M. Badïa qui fait partie du Conseil de la Choura, l'exécutif du mouvement fondamentaliste, succède à Mohamed Mahdi Akef, un octogénaire qui a démissionné au début du mois.

Ancien radical arrêté, emprisonné à plusieurs reprises, il plaide aujourd'hui pour une islamisation accrue de la société plus que d'un renversement du pouvoir.

Face à la presse, Mohammed Badie a ainsi prôné la démocratie, la séparation des pouvoirs et dénoncé la violence, en particulier la violence confessionnelle.

"Les chrétiens et les musulmans constituent en fait une seule entité sociale et culturelle", a-t-il déclaré, quelques jours après le meurtre de six membres de la communauté chrétienne copte à Nagaa Hamadi, une localité de Haute-Egypte. Estimant que "la citoyenneté est fondée sur l'égalité totale dans les droits et les obligations", il a toutefois ajouté que "les questions d'ordre privé et le statut personnel doivent être gérés par les musulmans et les chrétiens selon leurs législations respectives".

Vis-à-vis du régime du président Hosni Moubarak, il a semblé se placer samedi dans le champ de la critique plus que de l'opposition sans concession.

Portrait
Né en 1943 à Mahalla, dans le Delta du Nil, Mohammed Badie suit des études vétérinaires avant d'enseigner cette discipline. Côté politique, il fait ses premières classes dans la mouvance du théoricien et activiste radical Sayyid Qutb.

Il devient ainsi membre de l'organisation accusée d'avoir monté un complot pour renverser le gouvernement en 1965 et effectua neuf ans de prison, tandis que Qutb fut exécuté en 1966. Il est condamné une nouvelle fois en 1999 par un tribunal militaire, et sort de prison quatre ans plus tard.

Prochain scrutin

En 2005, lors des dernières élections législatives, les Frères musulmans, qui se présentaient sans étiquette, ont obtenu un cinquième des sièges.

Les prochaines législatives sont prévues cette année et les élections présidentielles auront lieu en 2011. On ignore encore si le président Hosni Moubarak, qui est âgé de 81 ans, se représentera.

Vous êtes à nouveau en ligne