LA PHOTO. «Il faut sauver les manchots de l'Antarctique», le cri des chercheurs

«Les manchots sont de très bons ambassadeurs pour comprendre la nécessité de protéger les ressources de l\'océan Austral. Ce sont des espèces emblématiques de cet écosystème et le sort de leur population dépendra d\'une gestion efficace de leur écosystème et de la compréhension du rôle du réchauffement climatique et des impacts humains», a déclaré à Christian Reiss, biologiste à l\'Agence américaine d\'observation océanique et atmosphérique. Le Pew Charitable Trust, une organisation américaine, avait affirmé en 2015 dans une étude que les deux tiers des 18 espèces de manchots des Galapagos à l\'Antarctique étaient en déclin. Les manchots d\'Antarctique sont particulièrement vulnérables au changement climatique car la fonte de la banquise et des glaces dérivantes affecte leur habitat, parce que les petits sont adaptés à la neige, mais pas à la pluie, et parce que le réchauffement de l\'eau a une influence sur l\'abondance de leur nourriture. Ils sont également menacés par la surpêche du krill, ces minuscules crevettes dont ils raffolent, par la pollution et la dégradation de leurs sites de reproduction. Les manchots passent en mer l\'essentiel de leur vie, mais ils retournent sur terre notamment pour la reproduction et l\'élevage des petits, ce qui les rend très accessibles pour les chercheurs.
«Les manchots sont de très bons ambassadeurs pour comprendre la nécessité de protéger les ressources de l'océan Austral. Ce sont des espèces emblématiques de cet écosystème et le sort de leur population dépendra d'une gestion efficace de leur écosystème et de la compréhension du rôle du réchauffement climatique et des impacts humains», a déclaré à Christian Reiss, biologiste à l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique. Le Pew Charitable Trust, une organisation américaine, avait affirmé en 2015 dans une étude que les deux tiers des 18 espèces de manchots des Galapagos à l'Antarctique étaient en déclin. Les manchots d'Antarctique sont particulièrement vulnérables au changement climatique car la fonte de la banquise et des glaces dérivantes affecte leur habitat, parce que les petits sont adaptés à la neige, mais pas à la pluie, et parce que le réchauffement de l'eau a une influence sur l'abondance de leur nourriture. Ils sont également menacés par la surpêche du krill, ces minuscules crevettes dont ils raffolent, par la pollution et la dégradation de leurs sites de reproduction. Les manchots passent en mer l'essentiel de leur vie, mais ils retournent sur terre notamment pour la reproduction et l'élevage des petits, ce qui les rend très accessibles pour les chercheurs. (John B. WELLER / THE PEW CHARITABLE TRUSTS / AFP)

Les manchots sont directement menacés par le réchauffement climatique qui modifie très rapidement leur habitat et l'abondance de leurs ressources alimentaires, avertissent des scientifiques à l'occasion de la Journée mondiale des manchots.

Journée internationale des manchots «Les manchots sont de très bons ambassadeurs pour comprendre la nécessité de protéger les ressources de l'océan Austral. Ce sont des espèces emblématiques de cet écosystème et le sort de leur population dépendra d'une gestion efficace de leur écosystème et de la compréhension du rôle du réchauffement climatique et des impacts humains», a déclaré à Christian Reiss, biologiste à l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique. Le Pew Charitable Trust, une organisation américaine, avait affirmé en 2015 dans une étude que les deux tiers des 18 espèces de manchots des Galapagos à l'Antarctique étaient en déclin. Les manchots d'Antarctique sont particulièrement vulnérables au changement climatique car la fonte de la banquise et des glaces dérivantes affecte leur habitat, parce que les petits sont adaptés à la neige, mais pas à la pluie, et parce que le réchauffement de l'eau a une influence sur l'abondance de leur nourriture. Ils sont également menacés par la surpêche du krill, ces minuscules crevettes dont ils raffolent, par la pollution et la dégradation de leurs sites de reproduction. Les manchots passent en mer l'essentiel de leur vie, mais ils retournent sur terre notamment pour la reproduction et l'élevage des petits, ce qui les rend très accessibles pour les chercheurs.
Vous êtes à nouveau en ligne