La dirigeante de la diplomatie américaine veut contrer le vote du Congrès reconnaissant le génocide arménien

La secrétaire d\'Etat américaine, Hillary Clinton, au Costa Rica le 4 novembre 2010
La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, au Costa Rica le 4 novembre 2010 (AFP - Mayela LOPEZ)

Hillary Clinton a promis vendredi que l'administration Obama allait "travailler très dur" pour bloquer le vote au Congrès de la résolution qui provoque les foudres du gouvernement turc.Une commission du Congrès américain a adopté jeudi, par 23 voix contre 22, une résolution reconnaissant le génocide arménien déclenché en 1915 sous l'empire ottoman.

Hillary Clinton a promis vendredi que l'administration Obama allait "travailler très dur" pour bloquer le vote au Congrès de la résolution qui provoque les foudres du gouvernement turc.

Une commission du Congrès américain a adopté jeudi, par 23 voix contre 22, une résolution reconnaissant le génocide arménien déclenché en 1915 sous l'empire ottoman.

Le texte, qui n'a pas force de loi, appelle le président américain à "qualifier de façon précise l'extermination systématique et délibérée de 1.500.000 Arméniens, de génocide". La résolution peut désormais faire l'objet d'un vote devant la Chambre dans son ensemble. Mais cette prochaine étape dépend de la direction démocrate de l'assemblée, qui ne s'est jusque-là pas engagée à faire adopter la résolution en séance plénière.

Ankara avait appelé, plus tôt vendredi, Washington à bloquer la résolution, affirmant que le texte pouvait nuire aux efforts turcs de réconciliation avec l'Arménie. L'adoption de la résolution par la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants prouve que l'administration américaine "n'a pas suffisamment pesé" pour empêcher ce résultat, a estimé le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu. Jeudi, Ankara a rappelé son ambassadeur à Washington en signe de mécontentement.

Le nombre d'Arméniens massacrés entre 1915 et 1917 est estimé à 1,5 million. Or Ankara n'a jamais reconnu le génocide, et fait pression depuis des décennies sur tous les Etats qui s'aventureraient à le faire.

"Nous condamnons cette résolution qui accuse la nation turque d'un crime qu'elle n'a pas commis", a réagi le gouvernement turc après le vote de la résolution au Congrès américain.

A Erevan, le vote américain a en revanche suscité la satisfaction."Nous apprécions cette décision au plus au point. Il s'agit d'une preuve supplémentaire du dévouement du peuple arménien en faveur des valeurs humaines universelles et d'un pas important dans la prévention des crimes contre l'humanité", a réagi le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian.

La Turquie, un allié essentiel pour les Etats-Unis
Avant le vote, la secrétaire d'Etat, Hillary Clinton, avait mis en garde le Congrès contre l'adoption de la résolution. Elle avait notamment déclaré, citée par le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, que cela "pourrait dresser des obstacles devant la normalisation des relations entre la Turquie et l'Arménie". Membre de l'Otan, la Turquie est un allié essentiel pour Washington, notamment pour les dossiers iranien, afghan et israélo-palestinien.

De son côté, Ankara a multiplié les pressions pour empêcher le vote. Le président turc, Abdullah Gül, a téléphoné mercredi soir à son homologue américain, Barack Obama, à ce sujet, tandis que le ministre des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, pressait les parlementaires américains de voter "non" à la résolution.

"Les relations turco-américaines passent par une phase très importante au cours de laquelle elles ont besoin d'une coopération stratégique au plus haut niveau dans leur histoire", a déclaré le ministre. "Nous avons fait des pas très importants vers une normalisation complète dans le Caucase. Il faut éviter de mettre ces efforts en péril", a-t-il ajouté. Une référence au fragile processus de normalisation de leurs relations entamé par la Turquie avec son voisin arménien.

Pour le président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, Howard Berman, "rien ne justifie que la Turquie ignore la réalité du génocide arménien".

Une question ultra-sensible en Turquie
La question d'un génocide arménien est une question ultra-sensible en Turquie et un champ de mines diplomatique. Les Arméniens font pression pour que soient enfin reconnus comme un génocide les massacres et déportations commis entre 1915 et 1917.

Or la Turquie reconnaît qu'entre 300.000 et 500.000 personnes ont péri, non pas victimes d'une campagne d'extermination mais, selon elle, dans le chaos des dernières années de l'Empire ottoman. Elle récuse la notion de "génocide" reconnue par la France, le Canada ou le Parlement européen.

Barack Obama, qui avait promis lors de sa campagne électorale la reconnaissance du génocide arménien, a renoncé à employer ce terme. Les Etats-Unis soutiennent des efforts en cours pour une ouverture de la frontière et l'établissement de relations diplomatiques entre la Turquie et l'Arménie.

Vous êtes à nouveau en ligne