La Cour suprême de Suède n'annule pas le mandat d'arrêt contre Assange

(Julian Assange est réfugié depuis juin 2012 dans l'ambassade d'Equateur à Londres © REUTERS)

La Cour suprême de Suède a rejeté l'appel de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, qui réclamait l'annulation du mandat d'arrêt lancé contre lui pour viol et agression sexuelle présumés.

La Cour suprême de Suède, qui n'était pas unanime sur cette décision, explique notamment qu'elle n'a trouvé "aucun argument" pour lever ce mandat d'arrêt. "Nous sommes naturellement déçus, et critiques quant à la manière dont la Cour suprême gère ce dossier. Cette décision a été prise sans que nous ayons pu conclure notre argumentation" a réagi Per Samuelson, avocat du fondateur de WikiLeaks. 

Julian Assange fait l'objet d'une enquête pour viol et agression sexuelle en Suède pour des faits remontant à août 2010 et qu'il a toujours niés. Mais il a refusé de se soumettre au mandat d'arrêt européen lancé par la Suède en novembre 2010 parce qu'il craignait d'être extradé vers les États-Unis après la publication par Wikileaks en 2010 de 500.000 documents classés secret défense sur l'Irak et l'Afghanistan et 250.000 communications diplomatiques.

Dans le cadre de cette affaire, le Parquet suédois a fait volte-face en mars en proposant d'interroger Julian Assange à Londres. Il a indiqué qu'il avait changé d'avis car "plusieurs des faits qui lui sont reprochés seront prescrits en août 2015, à savoir dans moins de six mois". 

Vous êtes à nouveau en ligne