La Cour d'appel de Tunis a confirmé la plupart des peines dans le procès d'une 30aine de proches de Ben Ali.

Moncef Trabelsi (en blanc) : le frère de Leila Ben Ali, en août 2011.
Moncef Trabelsi (en blanc) : le frère de Leila Ben Ali, en août 2011. (FETHI BELAID / AFP)

Une trentaine de proches de ben Ali ont vu les condamnations confirmées par la Cour d'appel de Tunis.

Une trentaine de proches de ben Ali ont vu les condamnations confirmées par la Cour d'appel de Tunis.

Ces proches de l'ex-président tunisien étaient poursuivis pour tentative de fuite et possession illégale d'importantes sommes d'argent.

Leïla Trabelsi, l'ex-Première dame tunisienne, et Sakhr al-Materi, le gendre préféré de Ben Ali, jugés par contumace, ont été condamnés respectivement à 6 et 4 ans de prison, peine déjà prononcée en première instance. En revanche, Imed Trabelsi, le neveu de Leïla incarcéré en Tunisie, a vu sa peine de 2 ans confirmée.

L'acquittement d'Ali Seriati, l'ex-chef de la sécurité de Ben Ali, a été confirmé, mais il fait l'objet d'autres inculpations et reste emprisonné. Moez Trabelsi, cousin d'Imed, actuellement détenu à Rome dans l'attente d'une extradition vers la Tunisie, a été condamné à 6 ans de prison.

Au total, trente deux personnes avaient été arrêtées à l'aéroport de Tunis-Carthage alors qu'elles s'apprêtaient à quitter le pays le 14 janvier, jour de la fuite du président déchu, en possession de bijoux et de sommes importantes en devises.C'est Leïla Trabelsi qui avait donné l'ordre à ses proches de se rassembler à l'aéroport de Tunis-Carthage pour embarquer sur un vol à destination de la France mais, selon la police, son plan avait été déjoué par la brigade anti-terroriste et le refus du pilote de les accepter à bord.

M. Seriati et les personnes condamnées en août sont incarcérés à la base militaire d'El Aouina, près de Tunis.

Vous êtes à nouveau en ligne