L'Uruguay bientôt fournisseur officiel de cannabis?

(Robert Galbraith Reuters)

Pour lutter contre les narcotrafiquants, le gouvernement souhaite établir un monopole d'Etat pour la production et la distribution du cannabis, a rapporté mercredi la revue scientifique Christian Science Monitor. L'Uruguay deviendrait ainsi le premier Etat à vendre de la marijuana à ses citoyens.

Le gouvernement uruguayen part
en guerre contre la drogue en devenant... dealer officiel de
marijuana. La "Frente Amplio"-la coalition centre-gauche qui détient
le pouvoir- souhaiterait avoir un monopole d'Etat sur la production et la
distribution de cannabis, et devenir ainsi le premier gouvernement à
vendre directement du haschich à ses citoyens. 

La lutte contre le crime et la violence

Selon le quotidien scientifique The
Christian Science Monitor
, le gouvernement affirme que cette
mesure est nécessaire pour éradiquer les crimes liés au trafic de drogue, et
réduire les risques sanitaires pour les consommateurs en les orientant vers des
drogues douces plutôt que dures.

Ce projet permettrait également de
prendre à contre-pied les politiques jugées "inefficaces " des
Etats-Unis en matière de lutte contre le trafic de drogue.

"La guerre de la drogue a
échoué. Il y a toujours plus de consommateurs, et toujours plus de
violences" déplore le président de la commission parlementaire chargé du
dossier, Sebastian Sabini.

"L'Uruguay ouvre une nouvelle voie " ajoute
le président, qui espère devenir un exemple dans le reste du continent. La
Bolivie -qui souhaite légaliser la feuille de coca-et le Guatemala ont déjà
apporté leur soutien à la République Orientale de l'Uruguay. 

Le commerce illégal du cannabis en Uruguay est
estimé à environ 40 millions de dollars par an. 

"Nous ne voulons pas de tourisme de la drogue"  (José Mujica)

Dans le  journal national El
Obse
r vado r, le
président uruguayen José Mujica a déclaré fin aout que le gouvernement
aura besoin de près de 150 hectares de plantation pour répondre aux besoins des
18.700 consommateurs réguliers de marijuana du pays. Ce sera "une société privée " qui sera chargée de "vendre ", sous le contrôle strict de
l'Etat. Une limite mensuelle de 30 grammes par personne sera également
imposée, alors que la production nationale devrait atteindre environs 28.000
kilos par an.

Toutefois,
les étrangers ne seront pas autorisés à acheter du haschich "le projet de loi est là pour
résoudre les problèmes de l'Uruguay. Nous ne voulons pas de tourisme de la
drogue
" a ajouté le président. 

40% d'Uruguayens approuvent le monopole d'Etat

Mais au sein
de l'Uruguay ce projet ne fait pas l'unanimité, seulement 40% d'Uruguayens
approuvent le monopole d'Etat. Pour certains, cette loi est même qualifiée de
"totalitaire " car elle n'autorise pas les citoyens à posséder une
production personnelle. "Le gouvernement devrait réglementer la culture [de cannabis] plutôt
que de chercher un monopole
" déclare un militant.

L'ONU a également rappelé
que la légalisation de la marijuana est une violation de la convention de
1961
sur les stupéfiants. 

Lancé début septembre, le
débat devrait durer six mois au Parlement et sera ensuite voté par le Congrès. Sachant que le Frente Amplio a la majorité dans les deux chambres, le projet devrait normalement aboutir. Mais compte tenu de l'audace de la proposition, le président José Mujica a indiqué qu'il souhaitait avoir un minimum de 60% des voix, tandis que la majorité est à 51% habituellement. 

Vous êtes à nouveau en ligne