L'un des deux colis piégés trouvés à Dubaï et en Angleterre se trouvait dans un avion de passagers

Deux avions cargo sur le tarmac de l\'aéroport de Dubaï après l\'interception de colis piégés, le 31 octobre 2010
Deux avions cargo sur le tarmac de l'aéroport de Dubaï après l'interception de colis piégés, le 31 octobre 2010 (AFP/KARIM SAHIB)

Jusqu'à présent, les deux avions incriminés étaient présentés comme des cargos.D'autre part, la jeune yémenite arrêtée dans le cadre de l'enquête a été libérée dimanche soir. "De nouveaux suspects" ont été arrêtés, a indiqué lundi une source au sein des services de sécurité yéménites.

Jusqu'à présent, les deux avions incriminés étaient présentés comme des cargos.

D'autre part, la jeune yémenite arrêtée dans le cadre de l'enquête a été libérée dimanche soir. "De nouveaux suspects" ont été arrêtés, a indiqué lundi une source au sein des services de sécurité yéménites.

Sanaa avait annoncé samedi l'arrestation de la jeune femme âgée de 22 ans, dont le numéro de téléphone figurait sur le bordereau des colis.

Mais un responsable des services de sécurité a précisé qu'un des deux colis avait été envoyé par une femme qui a "usurpé l'identité" d'Hanane al-Samaoui, et mis le numéro de téléphone de l'étudiante sur le bordereau.

Le deuxième colis a été envoyé par un homme, a-t-il précisé.

Plus de 500 étudiants de la Faculté de génie de l'Université de Sanaa avaient manifesté dimanche sur le campus de la faculté pour réclamer la libération de leur camarade.

Les autorités yéménites ont dans le même temps relâché une partie des employés des compagnies de transport aérien FedEx et UPS, arrêtés samedi, mais certains d'entre eux demeurent en détention et sont soumis à des interrogatoires, a ajouté cette source.

Les forces de sécurité yéménites avaient fermé samedi les bureaux de FedEx et UPS, situés dans le quartier de Hadda à Sanaa. La première acheminait le colis découvert à Dubaï, la seconde celui trouvé en Grande-Bretagne dans un avion cargo de sa compagnie.

Un des deux colis sur un vol passagers
Alors que deux colis piégés, prêts à exploser, ont été interceptés vendredi à Dubaï et en Angleterre, celui retrouvé dans les Emirats arabes unis a été acheminé via Doha, sur un vol passagers de Qatar Airways, a affirmé dimanche une source au sein de la compagnie.

Qatar Airways a confirmé que le colis piégé avait été acheminé sur l'un de ses avions, mais sans préciser s'il s'agissait d'un avion cargo ou d'un vol commercial.

La compagnie a rejeté toute responsabilité à propos du contenu du colis: "Ce n'est pas la responsabilité du pays dans lequel transite la cargaison de l'inspecter ou de le soumettre aux rayons X, mais celle du pays d'où la cargaison a été acheminée".

L'artificier d'Al-Qaïda suspect numéro un

Selon Washington, les colis piégés ont été conçus par l'artificier d'Al-Qaïda qui avait fabriqué une bombe pour l'attentat raté de Noël 2009 sur un vol Amsterdam-Detroit, Ibrahim Hassan Al-Asiri. "Les activités passées de Al-Asiri font de lui un suspect clé", a dit un responsable anti-terroriste américain sous couvert d'anonymat.

"Nous disposons d'éléments suggérant qu'il a joué un rôle dans plusieurs complots d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique, dont la tentative d'assassinat d'un responsable saoudien et la tentative d'attentat à Noël l'an dernier". Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) avait revendiqué ces deux attentats.

Les deux charges opérationnelles
Les deux charges explosives interceptées vendredi soir dans des vols en provenance du Yémen était opérationnelles. Les explosifs étaient dilués dans l'encre de cartouches d'imprimantes. Le colis détecté en Angleterre devait exploser dans l'avion, a déclaré samedi soir le Premier ministre britannique David Cameron.

Suite aux découvertes des colis vendredi, les autorités yéménites ont par ailleurs saisi samedi 26 autres colis suspects, et ont interpellé des employés des compagnies de transport aérien et de la division cargo de l'aéroport de Sanaa.

L'emprunte d'Al-Qaïda
Les deux colis piégés saisis en Grande-Bretagne et à Dubaï et à destination des Etats-Unis contenaient suffisamment de penthrite, un puissant explosif, pour faire s'écraser un avion. Les deux charges portent l'empreinte d'Al-Qaïda, selon l'enquête. Le paquet intercepté à Dubaï se trouvait dans un entrepôt de la société de livraison FedEx. Celui découvert au Royaume-Uni a été repéré dans un avion-cargo de la compagnie United Parcel Services (UPS) qui faisait escale à l'aéroport d'East Midlands, à 260 km au nord de Londres.

Samedi, la police de Dubaï a indiqué que le colis intercepté à l'aéroport de l'émirat, en provenance du Yémen, contenait des explosifs et un système de mise à feu "portant l'empreinte d'organisations terroristes comme celle d'Al-Qaïda".

Citant des experts, la police a précisé que l'explosif découvert dans l'imprimante était de la penthrite (PETN) et du plomb, un produit hautement explosif utilisé dans les systèmes de mise à feu. "L'engin a été préparé de manière professionnelle et doté d'un circuit électrique relié à une carte de téléphone portable cachée dans l'imprimante." L'engin a été neutralisé.

La même substance, PETN, se trouvait dans le colis piégé découvert en Angleterre, cette fois associée à une minuterie, a déclaré au New York Times la représentante démocrate Jane Harman, qui en a été informée par l'Agence de sécurité dans les transports. L'engin trouvé vendredi dans un colis à l'aéroport d'East Midlands, dans le centre de l'Angleterre, était "opérationnel et aurait pu exploser", a indiqué la ministre de l'Intérieur, Theresa May, samedi à l'issue d'une réunion du comité d'urgence britannique. Pour le Premier ministre David Cameron, ce colis piégé "devait exploser dans l'avion (en partance pour les USA, ndr).

Nous ne pouvons pas être sûrs du moment où cela devait se produire", a-t-il ajouté.

Le Yémen refuse les "ingérences"
"Le Yémen est déterminé à continuer de combattre le terrorisme et Al-Qaïda en coopération avec ses partenaires. Mais nous ne voulons pas que quiconque puisse s'ingérer dans les affaires intérieures du Yémen dans la traque d'Al-Qaïda", a prévenu le président yéménite, Ali Abdullah Saleh. Le dirigeant a également pointé un défaut de coordination avec les services de sécurité des Etats-Unis, de Grande-Bretagne et d'Arabie saoudite.

Obama y voit une "menace terroriste crédible"
Vendredi, Barack Obama a annoncé que la sécurité allait être renforcée aussi longtemps que nécessaire. Il a précisé que les deux colis étaient adressés à "deux lieux de culte juif à Chicago" confirmant les informations selon lesquelles la communauté juive de cette ville était visée.

Le président américain a évoqué "une menace terroriste crédible" contre les USA et s'est dit déterminé à "détruire la branche d'Al-Qaïda" au Yémen. La découverte des deux colis suspects vendredi est survenue à quelques jours des élections à mi-mandat cruciales pour le président américain et le camp démocrate.

Samedi, le président américain s'est félicité de l'étroite collaboration entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne pour déjouer ces tentatives d'attentat. Evoquant un "complot terroriste", il a fait part de sa "reconnaissance pour le professionnalisme des services américains et britanniques dans leur effort conjoint de tuer ce complot dans l'oeuf". Il a également remercié chaleureusement les Saoudiens pour leur rôle crucial pour faire échec à ces tentatives.

Soupçons contre l'AQPA
Selon un responsable américain cité dès vendredi soir, Al-Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA) se trouve en tête de la liste des suspects. L'organisation, émanation de la mouvance islamiste dans la région du Golfe, et le religieux musulman d'origine américaine Anouar al Aoulaki sont devenus des cibles prioritaires pour les autorités américaines depuis que le groupe a revendiqué l'attentat manqué contre un avion assurant la liaison entre Amsterdam et Detroit le jour de Noël 2009.

Un autre responsable américain et plusieurs spécialistes des questions de sécurité ont avancé l'hypothèse que ces deux paquets n'étaient en fait qu'un test pour vérifier les procédures de contrôle dans les aéroports et la réaction des services de sécurité.

Dans le cadre de cette brusque poussée de fièvre, des appareils de l'armée de l'air américaine ont escorté un avion de ligne en provenance de Dubaï et à destination de l'aéroport JFK de New York car l'appareil transportait des colis venant du Yémen. Des appareils d'UPS ont été également fouillés à l'aéroport de Newark dans le New Jersey et à celui de Philadelphie.

Vous êtes à nouveau en ligne