L'Iran va produire des cigarettes de la marque Winston en coopération avec la Japan Tobacco International

Cigarettes en Iran, mai 1997
Cigarettes en Iran, mai 1997 (AFP)

"La production va officiellement commencer le 11 février", à l'occasion de l'anniversaire de la révolution islamique de 1979, a déclaré le président de la Régie du tabac iranien, Seyed Mahmoud Abtahi.L'exportation de cigarettes américaines vers l'Iran n'est pas concernée par les sanctions économiques édictées par Washington contre le pays.

"La production va officiellement commencer le 11 février", à l'occasion de l'anniversaire de la révolution islamique de 1979, a déclaré le président de la Régie du tabac iranien, Seyed Mahmoud Abtahi.

L'exportation de cigarettes américaines vers l'Iran n'est pas concernée par les sanctions économiques édictées par Washington contre le pays.

La marque Winston, de la compagnie Reynolds Tobacco Company, seconde compagnie américaine de tabac, est la deuxième cigarette la plus vendue dans le monde. Le premier cigarettier américain, Philip Morris, a été exclu des négociations avec d'autres compagnies étrangères car "cette société américaine verse 12% de ses bénéfices au régime sioniste", explique Seyed Mahmoud Abtahi.

C'est la première fois qu'une marque de cigarettes étrangère sera produite en Iran, et l'objectif de cette décision est de lutter contre la contrebande. Elle représente environ 7 milliards de cigarettes par an, soit un manque à gagner pour le gouvernement de 165 millions de dollars en taxes non perçues. Selon les chiffres officiels, les 73 millions d'Iraniens consomment actuellement quelque 60 milliards de cigarettes par an. Soit un gain potentiel d'1,4 milliard de dollars par an pour les cigarettiers concernés. Or, 22,4 milliards sont produites à l'étranger, essentiellement aux Etats-Unis.

En 2006, le gouvernement a interdit l'usage du tabac dans les lieux publics ainsi que la vente de cigarettes aux mineurs.