Khamenei accuse l'Occident de complot

Ali Khamenei, chef religieux de la révolution islamique iranienne (juin 2009).
Ali Khamenei, chef religieux de la révolution islamique iranienne (juin 2009). (© France 2)

Le guide suprême de la Révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, accuse l'Occident de complot

Le guide suprême de la Révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, accuse l'Occident de complotLe guide suprême de la Révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, accuse l'Occident de complot Khamenei, qui n'a pas évoqué le programme nucléaire de son pays, a estimé que les ennemis de l'Iran avaient attisé les violences qui ont suivi la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad le 12 juin dernier.

L'ayatollah Khamenei a également affirmé que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne s'étaient "réjouis" des incidents.

Les responsables iraniens ont régulièrement accusé la Grande-Bretagne et les Etats-Unis d'avoir provoqué les troubles qui ont suivi le scrutin présidentiel.

Selon un bilan officiel, quelque 4.000 personnes ont été arrêtées lors des manifestations post-électorales et 36 personnes ont été tuées, alors que l'opposition parle de 72 morts.

Le nucléaire iranien controversé


La tension entre Téhéran et les pays occidentaux s'est accrue à l'approche de la rencontre, le 1er octobre, entre l'Iran et les pays du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) pour discuter du programme nucléaire controversé iranien.

Téhéran rejette les accusations occidentales selon lesquelles son programme nucléaire a un but militaire.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a affirmé jeudi à deux médias américains, Newsweek et au Washington Post, son souhait que des experts nucléaires de son pays rencontrent leurs homologues étrangers, et notamment américains, afin d'ôter toute suspicion sur le programme nucléaire iranien.

Prenant acte de l'offre de Téhéran, les Etats-Unis ont invité le président iranien à utiliser la voie diplomatique.

Khamenei soutenu par l'Assemblée des experts

Par ailleurs, les médias officiels iraniens ont rapporté mercredi soir que l'ayatollah Ali Khamenei avait reçu le soutien de l'Assemblée des experts, une organisation de dignitaires religieux qui peut révoquer le "guide suprême" de la Révolution islamique.

Cette Assemblée, composée de 86 religieux élus pour huit ans, est présidée par l'ancien président Akbar Hachémi Rafsandjani, qui avait soutenu le candidat réformateur Mirhossein Moussavi lors du scrutin présidentiel du 12 juin dernier.

Vous êtes à nouveau en ligne