Madaga-Star

FRANCE24

A Madagascar, la campagne électorale est un show. Et, à 2 semaines de l'élection présidentielle, certains candidats ne lésinent pas sur les moyens. Peu importe la pauvreté du pays.


Le public est chauffé à blanc. Soudain, un hélicoptère dépose un homme sur la scène. Dans le public, les fans s'évanouissent.

Un festival de musique ?

Non, un meeting de campagne à Madagascar.

L'homme hélitreuillé, c'est Andry Rajoelina, candidat à la présidentielle. Et vu que l'élection, c'est dans moins de 2 semaines, il faut avant tout...envoyer du rêve.


"Il y a un endroit qui s'appelle Miami aux Etats-Unis..Il y a un endroit qui s'appelle la Côte d'Azur en France, mais nous nous avons Tamatave que nous allons transformer comme aux États-Unis , comme en France, et même encore plus beau, mesdames et messieurs !"

Evidemment, ces shows coûtent beaucoup... beaucoup d'argent : des dizaines de millions d'euros.

Il n'y a pas de plafonnement des dépenses électorales à Madagascar. Et beaucoup de candidats et associations dénoncent cette étalage de moyens. Par exemple, Ketakandrina Rafitoson, de l'Ong "Transparency Internationale Initiative Madagascar ".


"Il y a un fossé. Ils font miroiter aux gens l'étendue et le poids de la corruption dont cette population a été victime."

Le terme "fossé" n'est pas galvaudé. Car loin des stades et des hélicoptères... selon la Banque Mondiale, Madagascar est le 4ème pays le plus pauvre au monde.

Vous êtes à nouveau en ligne