Jérusalem : l'esplanade des Mosquées fermée quelques heures

(L'esplanade des mosquées a été fermée ce jeudi et rouverte dans la soirée © Maxppp)

La police israélienne a tué ce jeudi un Palestinien soupçonné d’avoir blessé par balle une figure de l’extrême-droite israélienne. "Une déclaration de guerre", pour Mahmoud Abbas. Pour éviter tout rassemblement, l’accès à l’esplanade des Mosquées de Jérusalem a été fermé pendant quelques heures. Elle est rouverte pour les hommes de plus de 50 ans.

La violence franchit un nouveau cap à Jérusalem. Ce jeudi, la police annonce avoir tué un Palestinien lors d’un échange de tirs. Les policiers étaient venus interpeller Moataz Hejazi, 32 ans, soupçonné d’avoir tiré mercredi sur Yehuda Glick, une figure de l’extrême-droite israélienne.

Moataz Hejazi, qui était âgé de 32 ans, a été abattu sur la terrasse servant de toit à un immeuble de trois étages dans le quartier d'Abou Tor à Jérusalem-Est. Le président palestinien Mahmoud Abbas a jugé que cette intervention des forces de l'ordre israéliennes constituait "l'équivalent d'une déclaration de guerre " et son parti le Fatah a appelé à une "journée de colère ", vendredi.

Le quartier dans lequel a eu lieu la fusillade a été bouclé par les forces de l’ordre qui ont essuyé des jets de pierres de la part de jeunes manifestants palestiniens, le visage caché par un foulard ou une capuche. Les affrontements se poursuivaient plusieurs heures après la fusillade. Le Hamas et le Djihad islamique ont salué l'agression commise contre Yehuda Glick et ont qualifié Moataz Hejazi de "martyr qui a répondu à l'appel divin en défendant la mosquée Al Aqsa ".

Brève fermeture de l’esplanade des mosquées, une mesure rare

Des groupes de l'extrême-droite israélienne ont appelé leurs sympathisants à se rendre à la mosquée Al Aqsa contraignant les forces de sécurité à fermer totalement l'accès à l'esplanade pendant quelques heures, une première depuis 47 ans. La dernière fois, c’était en 1967 lors de la guerre des Six jours. L'esplanade est rouverte uniquement aux hommes de moins de 50 ans par mesure de précaution, selon la porte-parole de la police israélienne.

 

Avant qu’Israël n’annonce sa décision de rouvrir l’esplanade, les Etats-Unis avaient réclamé que tous les fidèles puissent accéder à la mosquée Al-Aqsa. La Jordanie avait accusé Israël de "terrorisme d’Etat " et l’Egypte avait dénoncé un "acte hostile et barbare ". Pour l-Azhar, l'une des plus prestigieuses autorités de l'islam sunnite, Israël voulait "prendre le contrôle de la mosquée Al-Aqsa " et avait appelé "le monde musulman et la communauté internationale à intervenir immédiatement pour stopper cet acte ".

Vous êtes à nouveau en ligne