VIDEO. Les Yakuzas, la plus grande organisation criminelle au monde

brut

Alors qu’elle prospère grâce aux activités illégales, la mafia japonaise n’est pas interdite. Certains clans ont même pignon sur rue. 

"C'est Goldman Sachs avec des fusils". Les Yakuzas représentent la plus grande organisation criminelle au monde

Tatouages et doigts coupés

Apparus au 17e siècle, leur nom signifie "bons à rien". D’abord utilisée par les autorités pour les marquer à vie, la pratique du tatouage a été gardée par les Yakuzas afin de prouver leur appartenance, leur fidélité ainsi que leur fierté. 

Lorsqu’un nouveau membre prête allégeance, il doit boire un verre de saké avec le "kumicho", le chef de l’organisation. Par la suite, il a l’obligation de suivre un code de conduite et s’il y déroge, il doit subir le "yubitsume", l’auto-amputation du petit doigt. Autant d’exigences dénoncées par un ancien membre. "Quand je regarde en arrière, je me dis que les gangsters ont l’air triste", déplore un ancien Yakuza. 

Une existence légale

En dépit de leurs activités criminelles, les Yakuzas disposent d’une existence légale. Les différents clans ont pignon sur rue et bénéficient d’une adresse et de bureaux. Ainsi, la famille Yamaguchi Gumi, l’une des plus puissantes de l’organisation, possède un site Internet et un magazine. 

Dans les années 1980, les autorités japonaises réalisent à quel point les Yakuzas ont infiltré les différentes couches de la société. Elles décident alors de mettre en place un arsenal législatif qui finit par affaiblir l’organisation. Petit à petit, les yakuzas se sont recentrés sur des activités légales mais subissent une crise de vocation. 

En perte de vitesse, les Yakuzas, qui étaient 180 000 dans les années 1960, ne sont plus que 50 000 aujourd’hui. 

Vous êtes à nouveau en ligne