VIDEO. Face à l'isolement et à la pauvreté, des seniors japonais font le choix de vivre derrière les barreaux

BRUT

Des personnes âgées japonaises sont prêtes à commettre des délits pour profiter des avantages de la prison et fuir la précarité.

Au Japon, pour de nombreuses personnes âgées, il est préférable de vivre en prison. En effet, soumises à la solitude et à la pauvreté, elles trouvent en cellule ce qu'elles n'ont pas dehors. En milieu carcéral, elles ont de quoi manger, elles ont droit à une assistance médicale et peuvent également se trouver des compagnons.
Et les chiffres sont parlants : la part des délinquants de plus de 60 ans a doublé en 20 ans. Pour ce faire, les séniors commettent sciemment de petits délits pour passer quelques temps derrière les barreaux et "ils s'excusent directement quand on les attrape", précise un Japonais. Pour s'adapter au vieillissement des détenus, les prisons ont mis en place des unités spéciales pour les prisonniers les plus âgés.

La dure vie des séniors

"Les relations avec les gens ne fonctionnent pas, alors ne serait-il pas préférable de vivre en prison ?", questionne un vieil homme incarcéré. Au Japon, si plusieurs millions de personnes âgées vivent totalement isolées, elles sont aussi 20 % à vivre sous le seuil de pauvreté. Parmi elles, il y a les veuves japonaises pour qui la pension ne suffit pas à vivre et qui sont parfois contraintes d'être elles aussi enfermées en milieu carcéral. Conscient de cette situation, Shinzo Abe, le Premier ministre japonais, a déclaré : "Au sein d'une société qui vieillit rapidement, j'ai décidé qu'il était nécessaire de mettre en œuvre des politiques pour y faire face maintenant."
En 2065, 40 % des Japonais devraient dépasser les 65 ans.

Vous êtes à nouveau en ligne