Un violent séisme de magnitude 6,2 dans l'est du Japon fait 11 blessés

Un sismologue de l\'agence météorologique japonaise, lors d\'une conférence de presse le 5 mai 2014 à à Tokyo (Japon), après le séisme de magnitude 6,2 qui a touché l\'est du pays.
Un sismologue de l'agence météorologique japonaise, lors d'une conférence de presse le 5 mai 2014 à à Tokyo (Japon), après le séisme de magnitude 6,2 qui a touché l'est du pays. (YOSHIKAZU TSUNO / AFP)

Les gratte-ciel et maisons du centre de Tokyo ont été secoués très violemment. Aucune anomalie n'a été constatée à la centrale accidentée de Fukushima, selon la compagnie d'électricité Tokyo Electric Power.

Un puissant séisme de magnitude 6,2 s'est produit dans la matinée du lundi 5 mai dans l'est du Japon. Conséquences : les gratte-ciel et maisons du centre de Tokyo ont été secoués très violemment, sans entraîner de risque de tsunami mais faisant quand même au moins 11 blessés légers dans la capitale et ses alentours.

Le tremblement de terre est survenu à 5h18, heure locale. Son épicentre était situé sur l'île Izu Oshima, au sud de la capitale, et son hypocentre à 160 kilomètres de profondeur. De toutes petites vibrations ont d'abord été ressenties avant de se transformer en violentes secousses. "C'était un séisme très profond du type qui en général génère peu de répliques", a expliqué un sismologue de l'agence météorologique. Par précaution, il a toutefois mis en garde sur des risques de nouvelles secousses dans les heures et jours à venir.

Le centre américain de surveillance des séismes, l'USGS, a pour sa part évalué la magnitude à 5,8. Les plus fortes secousses ont été enregistrées au centre de Tokyo, où se trouvent les ministères et autres administrations essentielles du pays, selon les données fournies par l'agence. 

Aucune anomalie à Fukushima

Toutefois, les normes de construction au Japon sont si strictes désormais que la plupart des bâtiments et autres édifices les respectant sont censés tenir bon face à des séismes plus violents encore. Dans le but de rassembler au plus vite les informations sur d'éventuels dégâts, une cellule de crise a été immédiatement ouverte dans les locaux hébergeant les services du Premier ministre, Shinzo Abe, lequel est actuellement en visite en Europe.

En ce 5 mai, jour férié au Japon, beaucoup de Tokyoïtes ont été réveillés par les secousses, qui empêchaient parfois même de tenir debout pour aller jusque dans les lieux les plus sûrs de leur habitation. La chaîne publique de télévision NHK a immédiatement interrompu ses programmes pour donner les premières informations.

La compagnie d'électricité Tokyo Electric Power (Tepco) a indiqué qu'aucune anomalie n'avait été relevée à la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, située à quelque 200 km au nord-est de Tokyo. Aucun problème n'a non plus été détecté dans les autres installations nucléaires affectées par le séisme, d'après la NHK.

La crainte du "big one"

Les services de gaz de ville ont en revanche été débordés d'appels de particuliers dont l'alimentation était stoppée, souvent du fait d'un mécanisme automatique de coupure du robinet en cas de séisme. Aucun dégât sur les conduites de gaz n'a en revanche été constaté, selon les services concernés cités par la NHK.

Les habitants de Tokyo réagissent en général à ce genre de séisme avec un certain calme mais non sans inquiétude, car ils redoutent tous un jour la survenue d'un "big one" destructeur, un méga-séisme de magnitude supérieure à 7 directement sous la capitale et qui pourrait provoquer des dégâts considérables et causer des milliers de morts, selon les évaluations du gouvernement. "Le séisme d'aujourd'hui est de nature plutôt rare", a souligné le sismologue de l'agence météo. Mais, assure-t-il, "il y a très peu de probabilité qu'il ait un rapport avec le tremblement de terre craint sous la capitale, du fait d'une profondeur et d'une localisation différentes"

Le Japon reste traumatisé par le tremblement de terre de magnitude 9 qui s'était produit au large de sa côte nord-est le 11 mars 2011 et avait déclenché un gigantesque raz-de-marée, tuant plus de 18 000 personnes. Ce tsunami avait aussi provoqué l'accident de la centrale de Fukushima. Le Japon est situé au confluent de quatre plaques tectoniques et enregistre chaque année plus de 20% des séismes les plus puissants recensés sur la planète.

Vous êtes à nouveau en ligne