Près de 360 litres d'eau radioactive répandus à Fukushima

Une chambre de condensation à la centrale nucléaire de Fukushima (Japon), le 11 juin 2013.
Une chambre de condensation à la centrale nucléaire de Fukushima (Japon), le 11 juin 2013. (YOMIURI / AFP)

L'eau s'est étalée sur une surface de 30 mètres sur 12. 

Etalés sur une surface de 30 mètres sur 12. Quelque 360 litres d'eau radioactive se sont répandus à la centrale accidentée de Fukushima (Japon), sous une tente qui abrite des systèmes de dessalement, a indiqué vendredi 21 juin l'exploitant du site atomique. Selon la compagnie japonaise Tokyo Electric Power Co (Tepco), un travailleur du complexe nucléaire a découvert cette fuite dans la nuit de jeudi à vendredi, après un avertissement adressé par un détecteur. 

Le système défectueux a été stoppé, mais la cause de la fuite est encore inconnue. Aucun changement significatif n'a été constaté sur les niveaux de radioactivité des postes de contrôle alentour, a précisé Tepco. Des unités de dessalement sont utilisées pour retirer le sel d'eau ayant servi au refroidissement des réacteurs, encore radioactive mais déjà débarrassée de césium et d'autres éléments. La centrale Fukushima Daiichi, mise en péril par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, est considérée comme stabilisée depuis décembre 2011 par la compagnie Tepco et les autorités. Toutefois, elle est sans cesse victime de divers incidents, en raison de la vulnérabilité des moyens mis en place dans l'urgence pour éviter une perte de contrôle des installations.

Une substance nucléaire très toxique dans les eaux

Mercredi, Tepco a annoncé que les taux de plus en plus élevés de strontium 90, une substance radioactive très toxique, ont été détectés dans les eaux souterraines de la centrale nucléaire. Le strontium 90 est un dérivé de la fusion de l'uranium et du plutonium dans les réacteurs nucléaires et les armes atomiques, indique le site de l'agence de protection de l'environnement américaine.

La présence de cette substance a été découverte alors que Tepco a demandé l'autorisation de déverser dans l'océan Pacifique l'eau contaminée présentant de faibles taux de radiation, faute de place pour continuer à la stocker. Tepco a constamment révisé à la hausse ses évaluations, initialement rassurantes, sur les taux de radiation et autres problèmes, rencontrés à la centrale de Fukushima-Daiichi après la catastrophe.

Vous êtes à nouveau en ligne