Pêche à la baleine : un navire japonais pris sur le fait en Antarctique

Une baleine morte sur le pont d\'un navire-usine japonais photographiée par l\'association Sea Shepherd, le 15 janvier 2017 dans l\'Antarctique.
Une baleine morte sur le pont d'un navire-usine japonais photographiée par l'association Sea Shepherd, le 15 janvier 2017 dans l'Antarctique. (GLENN LOCKITCH / SEA SHEPHERD GLOBAL / AFP)

L'association Sea Shepherd a publié les photos d'une baleine morte sur le pont d'un bateau-usine nippon dans l'Antarctique.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Il a enfreint l'interdiction. Un bateau-usine japonais qui venait de tuer une baleine a été pris sur le fait dans l'Antarctique par l'association Sea Shepherd. Cette dernière l'a annoncé dimanche15 janvier sur sa page Facebook.

Sea Shepherd a réussi à prendre des photos d'une baleine morte sur le pont du navire. L'association précise qu'en la voyant arriver, l'équipage s'est empressé de déployer une bâche pour couvrir la baleine et les harpons. Le navire se trouvait alors dans l'"Australian Whale Sanctuary", une région des eaux australiennes où toute chasse à la baleine est interdite. Personne n'a pu être joint à l'Agence japonaise de la pêche pour commenter cet incident.

Moratoire international contre pêche scientifique

Depuis 1986, un moratoire international interdit la chasse à la baleine. Mais les Japonais, qui ont signé ce moratoire, ont constamment tenté de le contourner sous prétexte d'une pêche à visées scientifiques – laquelle est officiellement autorisée. En 2014, la Cour internationale de justice a ordonné à Tokyo de cesser ses chasses à la baleine dans l'Antarctique. Selon la cour, les permis délivrés par le gouvernement japonais aux baleiniers n'étaient "pas à visées scientifiques".

Après cette décision, le Japon avait annulé la campagne de pêche de 2014-2015, mais Tokyo l'a relancée cette année, non sans avoir diminué des deux tiers le nombre d'autorisations et affirmé que, cette fois, la chasse était vraiment scientifique. Le Japon dit faire des recherches pour prouver que le nombre de baleines a suffisamment augmenté pour permettre une reprise de la chasse commerciale. La viande des baleines ainsi pêchées termine sur les meilleures tables nippones. 

Vous êtes à nouveau en ligne