VIDEO. John Kerry, premier secrétaire d'Etat américain à visiter le mémorial d'Hiroshima

APTN

Le 6 août 1945, l'armée américaine a largué une bombe nucléaire sur la ville japonaise, faisant 140 000 morts.

Un jour "historique", salué par le gouvernement japonais. John Kerry est devenu, lundi, le premier secrétaire d'Etat et le plus haut responsable gouvernemental américain à visiter le mémorial d'Hiroshima au Japon. Cette visite survient soixante-dix ans après le largage de la bombe atomique par les Etats-Unis, qui a dévasté la ville et fait 140 000 victimes le 6 août 1945. Trois jours plus tard, une seconde bombe était lâchée sur Nagasaki, et le Japon capitulait sans conditions.

"Nous ne laisserons pas se reproduire la tragédie"

La visite de John Kerry et de ses homologues du G7 a eu lieu dans le cadre d'une réunion préparatoire avant un sommet, en mai. Après la visite du musée, qui donne une idée de l'ampleur du drame à travers des images insoutenables, les ministres du G7 se sont rendus dans le parc entourant l'édifice. Ils ont déposé des gerbes de fleurs devant le Cénotaphe, une arche qui surplombe un tombeau où sont inscrits les noms des victimes, avec une promesse gravée dans la pierre : "Reposez en paix, nous ne laisserons pas se reproduire la tragédie."

"Tout le monde devrait voir et ressentir la puissance de ce mémorial", a écrit John Kerry sur le livre d'or du musée, selon le texte fourni par le département d'Etat. "Cela nous rappelle avec force et dureté que nous avons non seulement l'obligation de mettre un terme à la menace des armes nucléaires, mais que nous devons aussi tout faire pour éviter la guerre", a insisté le ministre, ancien combattant au Vietnam devenu favorable au désarmement.

Vous êtes à nouveau en ligne