Hiroshima : hommage historique des États-Unis aux victimes de la bombe atomique

John Kerry s'est rendu au Mémorial de la Paix à Hiroshima ce lundi 11 avril. Jamais un secrétaire d'État n'y avait mis les pieds. Il n'a pas demandé pardon pour les 140 000 victimes de la bombe atomique larguée par les États-Unis. Mais il leur a rendu hommage.

C'est un jour historique pour les deux pays. Entouré de ses homologues du G7, John Kerry, secrétaire d'État américain s'est rendu au Mémorial de la Paix à Hiroshima ce lundi. Plus de 70 ans après le largage de la bombe atomique, il est le premier haut responsable des États-Unis à venir se recueillir ici. Visiblement ému face à la presse, John Kerry a affirmé que c'était "une exposition bouleversante. Cela rappelle à chacun combien les choix qui sont faits pendant une guerre sont extraordinairement complexes. Il est essentiel que nous tirions les leçons du passé pour le futur et le présent, pour créer et permettre un monde libre de toute arme nucléaire."

Après Kerry, Obama espéré

Le 6 août 1945, le bombardier américain Enola Gay avait largué une bombe atomique sur Hiroshima. Un évènement qui marquera la fin de la Seconde Guerre mondiale, et qui fera 140 000 morts et 200 000 blessés. John Kerry n'a pas présenté d'excuses au nom des États-Unis, mais sa visite a touché les habitants de cette ville devenue tristement célèbre. Le Japon accueillera le prochain G7 fin mai. Les Japonais espèrent que Barack Obama honorera à son tour la mémoire des victimes d'Hiroshima.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne