Hiroshima, un traumatisme toujours présent

Le Japon va organiser jeudi des cérémonies en hommage aux victimes des frappes américaines, il y a 70 ans. France 2 revient sur ce 6 août 1945.

C'est un lundi matin dans les rues d'Hiroshima. Les rues sont bondées, les enfants partent à l'école. Ce 6 août 1945, un bombardier américain largue la bombe la plus dévastatrice de l'histoire. Elle explose à 600 mètres au-dessus des habitations. Le centre-ville est pulvérisé. "La lumière était tellement éblouissante que j'étais pétrifié", se souvient un survivant.

Des maux jusque-là inconnus

Plus de 80 000 personnes sont tuées sur le coup. Les survivants souffrent de blessures jusque-là jamais vues. Un docteur, qui avait monté un hôpital de fortune dans une école, raconte : "Les gens mourraient de symptômes qui n'étaient pas liés à leurs brûlures. Ils saignaient, vomissaient du sang. On ne pouvait rien pour eux".
Le nuage répand des rayons gamma partout dans la ville. 50 000 personnes vont disparaître dans les semaines qui suivent. Le 9 août, c'est l'explosion d'une seconde bombe atomique au-dessus du port de Nagasaki. 40 000 personnes sont tuées. Six jours plus tard, l'empereur Hirohito annonce la reddition du Japon.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne