"On se dit qu'on n'est pas à l'abri d'un accident" : grande distribution de pastilles d’iode autour des centrales nucléaires françaises

Environ 2,2 millions de riverains supplémentaires des centrales nucléaires françaises vont recevoir des comprimés d\'iode.
Environ 2,2 millions de riverains supplémentaires des centrales nucléaires françaises vont recevoir des comprimés d'iode. (JUSTINE LECLERCQ / RADIO FRANCE)

Le rayon de protection en cas d'accident nucléaire est étendu à 20 kilomètres autour des centrales, contre 10 km auparavant. Dans le nouveau périmètre de prévention de la centrale de Gravelines (Hauts-de-France), la distribution d'iode s'organise. 

Une grande campagne de distribution de comprimés d'iode démarre en France. Plus de deux millions de Français résidant dans un périmètre situé entre 10 et 20 kilomètres autour d'une des 19 centrales nucléaires du pays sont concernés. Le périmètre de prévention autour des centrales a été étendu en 2016, après l'accident de Fukushima au Japon en 2016. La prise de comprimés d'iode permet de protéger la thyroïde en cas d'accident nucléaire.

Cinq fois plus de riverains concernés autour de Gravelines

Dans une pharmacie de Saint-Pol-sur-Mer (Nord), les boites de comprimés d'iode pour protéger la thyroïde en cas d'accident nucléaire viennent d'être livrées. "Ça vient de la pharmacie centrale des armées, explique la pharmacienne. On fait partie des pharmacies concernées par le secteur. Nous avons reçu les boîtes, on attend maintenant que les gens reçoivent chez eux un bon, comme un bon d’échange. Ils vont venir à la pharmacie avec ce bon. On va vérifier au niveau informatique qu'il correspond au numéro. S'ils ne retrouvent pas le bon, on peut les retrouver nous dans le fichier."

On se dit que voilà, on n’est pas à l’abri d’un accident, mais aussi voilà, on prend des précautions pour les gens qui justement habitent à proximité des centrales.Une riveraine de la centrale de Gravelines

350 000 habitants autour de la centrale nucléaire de Gravelines sont amenés à retirer des pastilles d'iode suite à l'extension du nouveau périmètre de prévention. C'est cinq fois plus qu'avant. "Ça rassure et ça inquiète, c’est un peu les deux en fait", résume une riveraine. 

Les écoles et les banques aussi concernées

Tous les lieux accueillant du public devront aussi avoir un stock d'iode en cas d'accident nucléaire. "La ville de Dunkerque va devoir recenser l’ensemble de ses équipements qui reçoivent du public, confirme Jean-Luc Mazé chargé de mission sur les risques majeurs à la ville de Dunkerque. Ce sont à la fois les mairies de quartier, les maisons de quartier, les équipements culturels, les équipements sportifs, les maisons de retraite gérées par la ville, de façon à pouvoir demander le nombre de comprimés et de boîtes qui seront nécessaires."

Ça fait 180 000 comprimés d’iode, rien que pour les équipements municipaux !Jean-Luc Mazé chargé de mission à la ville de Dunkerque

Les écoles, les banques, les commerces sont aussi concernés par la campagne de distribution de comprimés d'iode.  En cas d'accident nucléaire c'est le préfet qui donne le feu vert pour les prendre. Une telle catastrophe ne s'est jamais produite en France.

Le reportage de Justine Leclerq
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne