Des marguerites "mutantes" à Fukushima ?

Une pâquerette (photo d\'illustration).
Une pâquerette (photo d'illustration). (FRÉDÉRIC DIDILLON / BIOSPHOTO / AFP)

Des tiges multiples, des pétales avec des formes bizarres et des centres doublés ont été observés sur des fleurs, près de la centrale nucléaire endommagée par le tremblement de terre et le tsunami de 2011.

 

La photo a été postée le 27 mai sur Twitter, mais elle n'en finit pas d'attiser la curiosité des internautes. On peut y voir des marguerites, à proximité de Fukushima (Japon), ville qui a subi séisme, tsunami et accident nucléaire en 2011. Mais ces fleurs sont étranges : des tiges multiples, des pétales avec des formes bizarres et des centres doublés… 

The Independent (en anglais) précise que le taux de radioactivité près des marguerites, à Nasushiobara (à environ 30 km de Fukushima), est légèrement supérieur à la normale, mais sans danger pour les habitants. Selon Guy Barter, un expert de la Royal Horticultural Society's interrogé par le quotidien britannique, le phénomène que l'on peut observer sur ces photos existe dans le monde entier : il s'agit d'une fasciation. C'est-à-dire une croissance anormale des végétaux, entraînant des déformations, causée par une mutation génétique, des bactéries, des infections virales, un dommage chimique… 

"Cette mutation est un phénomène aléatoire. Nous recevons chaque année beaucoup d'exemples de fasciation, explique Guy Barter. Il est bien sûr impossible de dire avec certitude s'il y a un lien avec les radiations. Pour en être sûr, il faudrait pouvoir examiner les conséquences sur la zone et le taux de radioactivité sur plusieurs années", dit-il. 

Vous êtes à nouveau en ligne